#28809 par Raimaru
14 mai 2012, 21:23
Wang Tianjun a écrit :Panini, l'éditeur qui a du retard dès l'annonce de la news (et encore, il a fallu fouiller leur planning, même si le secret avait déjà fuité :p)


À ce niveau-là, c'est plus de l'incompétence, c'est de l'humour :fouet:
#29280 par Typhoon Swell
05 juil. 2012, 17:58
http://www.amazon.fr/dp/2809425655/
http://www.manga-news.com/index.php/man ... s-Spin-off
Il me semble que personne n'avait encore évoqué une quelconque date pour ce spin-off de 20th Century Boys. Panini l'annonçait sur Facebook pour le 4 juillet, mais c'est le 22 août prochain que ce dernier débarquera en France (comme le confirment ci-dessus Amazon.fr & Manga News).
#29691 par Raimaru
24 août 2012, 11:06
Personne ne l'a lu ou est en train de lire ?

Bon, comme prévu, le temps passe lentement en lisant le volume. Mais c'est un peu voulu j'ai l'impression, vu que le style des deux mangakas de 20th est typique des vrais dessinateurs de shônens harem. Et c'est un genre qui peut être très lourdingue, surtout quand on pousse la parodie à l'extrême. Mais bon, voir Urasawa parodier Love Hina sans le cacher, j'avoue que l'idée est tellement improbable que ça m'a fait rire :D
#29697 par Adanedhel
25 août 2012, 10:28
Wang Tianjun a écrit :Je l'ai lu hier soir, premier titre d'une longue pile de lecture (je me suis débarassé de la croute en premier :D )

Avant d'essayer de faire une chronique constructive, ma pensée se résumerait en :

Pourquoi ? -_-


La réponse habituelle à ce genre de question : Pourquoi pas ?

Urasawa a maintenant le statut qui lui permet de se faire plaisir avec ce genre de délires, on va pas commencer à le lui reprocher :)
#29699 par Wang Tianjun
27 août 2012, 08:23
Le problème, c'est qu'il se fait plaisir tout seul là...

(non non, ne cherchez pas un double sens graveleux dans la phrase précédente :p )

Même en lisant ce manga au second, au troisième ou au quarantième degré, il n'y a juste aucun interêt à ce truc ^^"
#29701 par Adanedhel
27 août 2012, 08:43
Ben en tous cas ça m'a fait lire des mangas de style que je ne lis pas du tout, et ça m'a fait plaisir de retrouver les personnages secondaires de 20th et aussi

Spoiler : :
le petit passage avec Kenji est bien sympa...
#29705 par Wang Tianjun
27 août 2012, 21:00
Et voilà ma chronique. Vous devez vous en douter, je n'ai pas été tendre, au point que ce soit le premier Urasawa (et le dernier, j'espère) où je mets moins de la moyenne ^^"


20th Century Boys - Spin Off


Mine de rien, au fil des années, la France aura été bien gâtée en ce qui concerne les œuvres de Naoki Urasawa. 2012 est loin d'être une année morte avec l'arrivée de Billy Bat et l'annonce de Master Keaton, entre autres séries en cours de parution. A l'occasion de la venue de l'auteur à la Japan Expo, Panini Manga a ainsi tenté de marquer le coup en sortant un one-shot bien particulier. "Tenté", c'est le mot, puisque le dit ouvrage est finalement sorti à la fin du mois d'août... Bon allez, disons-nous que c'est l'intention qui compte. Oui mais voilà, quelle intention ? Qu'est-ce qui se cache véritablement derrière ce spin-off d'un des plus grands succès du mangaka ?

Comme la plupart des séries ou one-shots dérivés, il est souvent inutile de l'ouvrir sans bien connaitre le terreau de base. Cela est encore plus vrai ici, car ce spin-off de 20th Century Boys s'intéresse surtout à deux rôles très secondaires : Ujiki et Kaneko, les voisins de Kanna à la pension Tokiwa, et mangakas de "profession" sous le pseudonyme commun de Ujiko Ujio. Le tome s'ouvre d'ailleurs sur la récupération d'une des scènes du manga, où le tandem présente l'une de ses histoires à Yukiji, tutrice de Kanna, avant de se faire rembarrer par la médiocrité de leurs planches... Or, ces fameuses planches médiocres, c'est que nous propose justement de découvrir cet ouvrage !

Vous l'aurez compris, ce tome offre aux quelques curieux la possibilité de découvrir les travaux des deux auteurs fictifs, sous la forme d'un canevas cyclique. Recevant une critique de Yukiji, les deux artistes interprètent mal ses propos et partent dans de nouvelles histoires, s'axant la plupart du temps dans le registre du "shonen pantsu" (voire sans pantsu du tout). Partez ainsi en connaissance de cause : 20th Century Boys - Spin Off est un recueil de nouvelles volontairement grotesques et téléphonées. Et Urasawa réussissant plutôt bien tout ce qu'il entreprend, nous avons là quelque chose de mauvais, non, de très mauvais. Un sacré exercice de style, en somme, de se forcer à la nullité ! Enfin, c'est bien beau tout ça, mais....
Pourquoi ?

Derrière la farce, il n'y a tout simplement aucun intérêt à l'ouvrage. On oublie évidemment une lecture au premier degré, sous peine d'être vulgaire. Mais qu'y a-t-il d'autre à voir ? Une critique sans aucune subtilité du shonen harem, avec un pastiche direct de Love Hina ? Un "hommage" à Indiana Jones sous un air de vrai/faux plagiat ? Une allégorie de la pression éditoriale qui rejette tout en bloc, incarné par Yukiji ? Non, non, tout est trop gros, trop brut, pour se montrer digne de livrer un quelconque message. A ce titre, la mise en abyme présentée en ouverture de Billy Bat est bien plus pertinente. Les seuls passages prêtant à sourire restent ceux entre les chapitres, où l'on retrouve la stupidité du duo, même si l'on est loin du comique virtuose apprécié dans Happy! D'autres lecteurs se contenteront de revoir quelques visages de la série le temps de quelques cases, mais ce spin-off n'offre rien de particulièrement nouveau, s'offrant de luxe de reprendre quelques scènes à la case près, ou presque.

Allez, à bien y réfléchir, le seul intérêt à l'ouvrage, s'il faut en trouver un, reste au niveau graphique. Vu qu'aucun autre dessinateur n'est mentionné, hormis le pseudonyme fictif d'Ujiko Ujio en couverture, tout porte à croire que c'est bien Urasawa qui est au bout de la plume, s'efforçant au mieux de grimer son trait. Le doute subsiste bel et bien, même si certains détails (les décors ? le découpage des cases retournant à la régularité du seinen) nous confortent dans cette idée. Il est ainsi amusant de voir l'auteur dans un style beaucoup plus classique (bien qu'n peu rétro), avec des héroïnes aux yeux aussi ouverts que leurs décolletés bien remplis... Du côté de l'édition, Panini offre un travail assez satisfaisant, s'intégrant bien avec la série originale dans la collection sans dénaturer la couverture d'origine. On s'étonnera simplement de ne pas voir Happy! apparaitre parmi les autres œuvres de l'auteur chez l'éditeur en fin de tome...

En un mot comme en cent, 20th Century Boys - Spin Off est une blague. Oui mais, une mauvaise blague, partant d'une idée amusante mais à la concrétisation douloureuse, et qui ne satisfera que les plus grands fans de l'auteur. Pari gagné pour Urasawa : voici sa première daube magistrale. Oui, mais qu'y a-t-il de plus absurde de voir un maitre se pousser volontairement à la médiocrité ? Un ovni dans la carrière du mangaka, qui permet difficilement de se remémorer quelques moments de l'un de ses principaux chefs-d'œuvre, et de sourire du coin des lèvres. Hélas, à près de 10 euros l'ouvrage inutile et volontairement nul, on rit jaune...
#29716 par Drucci
29 août 2012, 17:09
Ta critique est intéressante et ton point de vue se défend, Wang, mais j'ai tendance à rejoindre l'avis d'Adanedhel : pourquoi pas?

Je craignais le pire en achetant ce spin off mais au final j'ai passé un très bon moment, et la nostalgie de 20th Century Boys n'a joué qu'un rôle mineur dans mon appréciation du manga. C'est un gros délire, assumé et affiché, mais un délire efficace et pertinent à mon goût.

Certes, les histoires se ressemblent toutes, mais la dimension volontairement mauvaise de chaque chapitre est bien marrante, et je trouve (même si c'est pas forcément le but d'Urasawa) que ça dénonce bien l'aspect cliché, banal et, finalement, "sur commande" de la plupart des manga qu'on trouve sur nos étalages aujourd'hui (et à plus forte raison pour le catalogue japonais évidemment). Tous les codes de chaque genre exploré sont repris, avec la dose de fan service, de romance, de flash-back émouvant dans l'enfance, de persos stéréotypés... et on se rend bien compte à quel point l'industrie est formatée, jusqu'à la façon dont les planches sont découpées.

Au-delà de ça, j'ai trouvé l'histoire qui prend place au Japon féodal assez touchante (même si on sait dès le début comment ça va finir), celle sur Indiana Jones très sympa (et puis Indiana Jones quoi... mais bon là c'est le fanboy qui parle!), et enfin celle avec la guide sans culotte vraiment hilarante!

Chapeau bas à Urasawa, au passage, pour sa capacité à changer totalement de style graphique et à le rendre méconnaissable.

Bien sûr, c'est pas LE manga indispensable d'Urasawa (et heureusement il n'a jamais eu cette prétention avec ce titre) mais un gros délire rafraichissant avec lequel il s'est clairement fait plaisir!
#29720 par 14thgunner
29 août 2012, 17:44
Je serais plutôt entre vos avis...

A la place du "pourquoi?", c'est la question du "commment?!?" qui m'est venue à la fin de ma lecture. Comment est-il possible qu'une chose pareille soit sortie chez nous? C'est pour moi assez typiquement le genre de manga qui ne sort qu'au japon pour les fans et pour le trip, et qui ne sort jamais de l'île... Mais bon Urasawa doit faire assez de ventes ici pour ça!

Sinon, je n'ai pas trouvé les histoires navrantes, mais pas hilarantes non plus. C'est plutôt marrant comme idée, et les histoires sont légères et volontairement pourrites...

Comme le dit le chef,
Drucci a écrit :Bien sûr, c'est pas LE manga indispensable d'Urasawa (et heureusement il n'a jamais eu cette prétention avec ce titre) mais un gros délire rafraichissant avec lequel il s'est clairement fait plaisir!

Mais en même temps,
Wang Tianjun a écrit :En un mot comme en cent, 20th Century Boys - Spin Off est une blague. Oui mais, une mauvaise blague, partant d'une idée amusante mais à la concrétisation douloureuse, et qui ne satisfera que les plus grands fans de l'auteur.


Au final, ça m'a plutôt amusé, et ça m'a fait plaisir de relire du 20thCB!!

Par contre, j'ai été très très déçu par la couverture!! Franchement, Panini a perdu son art de faire des fonds en mode "lampe à lave" fluo flashy, et c'est dommage!!
#29721 par Wang Tianjun
30 août 2012, 07:28
Eh bien, vous êtes plus gentils que moi (mais je commence à être habitué à être le "bad cop" dans mes chroniques 8-) )

Même en le prenant dans l'angle du pur délire, je n'ai pas souri une seule seconde. Enfin si, entre les histoires oui, mais pas dans les histoires elles-mêmes. En fait, le récit aurait été efficace si Mangari Michi avait été découpé en petites sessions de 5 pages (genre en bonus en fin de tome, même si Urasawa n'a jamais fait ça).

Par exemple le coup du "arrêtez les mangas de culotte" --> "ok, on fait un manga sans culotte" aurait eu plus d'impact pour moi si on avait découvert ces deux scènes à intervalles réguliers dans 20th, sans que l'on voit les planches (ou à peine, quelques dessins en mode "éclaté"). On aurait ainsi pu rire de leur bétise et faire travailler notre imagination, mais le vice est poussé à nous faire lire de la daube directement.

Je ne comprendrais jamais l'intérêt de voir un auteur se pousser lui-même à la médiocrité. Le temps de quelques pages pour décompresser, pourquoi pas... mais sur un manga entier ?? Par exemple, Drucci, tu irais voir un concert de Springsteen (en payant ta place au prix fort, bien sur) s'il se mettait à chanter faux pendant 3h ?


14thgunner a écrit :A la place du "pourquoi?", c'est la question du "commment?!?" qui m'est venue à la fin de ma lecture. Comment est-il possible qu'une chose pareille soit sortie chez nous? C'est pour moi assez typiquement le genre de manga qui ne sort qu'au japon pour les fans et pour le trip, et qui ne sort jamais de l'île... Mais bon Urasawa doit faire assez de ventes ici pour ça!


Ah bah ça... C'est juste Panini qui est à court de munitions, et qui a (peut-être) voulu marquer la venue de l'auteur en loupant le coche avec sa sortie tardive. Billy Bat leur est passé sous le nez, Master Keaton aussi... Reste plus qu'un Yawara que je verrais bien chez eux (reste à voir comment fonctionne Happy!, je suis pas sur que ça marche aussi bien que les autres), mais sinon il faut piocher dans le fond de catalogue pour continuer à suivre le mouvement.

Le problème c'est qu'à tout sortir, on sort aussi du n'importe quoi.
#29722 par Raimaru
30 août 2012, 10:54
Je rejoins l'avis de Wang. Force est de constater que je n'arrive à lire plus d'un chapitre à la fois tellement c'est mauvais :/

En fait, le problème, c'est que 90% du one shot est volontairement mauvais, le reste étant les séquences Yukiji / Kaneko et Ujio. C'est très problématique car tout l'intérêt de l'ouvrage réside dans ces 10%. Il y a aurait fallu inverser les proportions et montrer tout un tome de dialogue entre Yukiji et Kaneko et Ujio, entrecoupé de temps en temps seulement par des pages de mauvais mangas pantsu. Parce qu'il y a pas photo, les histoires de Kaneko et Ujio n'ont aucun intérêt, pour moi en tout cas. Résumer chacun de leur chapitre en une page m'aurait suffit pour comprendre le message et rendre le gag plus pertinent.
#29728 par Drucci
30 août 2012, 15:12
Wang Tianjun a écrit :Je ne comprendrais jamais l'intérêt de voir un auteur se pousser lui-même à la médiocrité. Le temps de quelques pages pour décompresser, pourquoi pas... mais sur un manga entier ?? Par exemple, Drucci, tu irais voir un concert de Springsteen (en payant ta place au prix fort, bien sur) s'il se mettait à chanter faux pendant 3h ?


Les situations n'ont rien à voir, un chanteur ne pourrait pas se permettre le délire de chanter faux (ou alors juste le temps d'un morceau), alors que dans un manga l'auteur est quand même plus libre de ce qu'il crée, dans le sens où si ça rencontre pas son public, tant pis (il est pas en rapport direct avec le lecteur/fan comme un chanteur peut l'être lors d'un concert)!

Après évidemment on peut se dire que, puisqu'il s'agissait d'un gros délire personnel, Urasawa aurait pu garder ça pour lui, le montrer à ses assistants et se marrer avec eux, sans se sentir obligé de le faire publier dans un magazine, mais bon, je pense que le caractère dispensable des histoires est évident aux yeux de tous!

Raimaru a écrit :Je rejoins l'avis de Wang. Force est de constater que je n'arrive à lire plus d'un chapitre à la fois tellement c'est mauvais :/

En fait, le problème, c'est que 90% du one shot est volontairement mauvais, le reste étant les séquences Yukiji / Kaneko et Ujio. C'est très problématique car tout l'intérêt de l'ouvrage réside dans ces 10%. Il y a aurait fallu inverser les proportions et montrer tout un tome de dialogue entre Yukiji et Kaneko et Ujio, entrecoupé de temps en temps seulement par des pages de mauvais mangas pantsu. Parce qu'il y a pas photo, les histoires de Kaneko et Ujio n'ont aucun intérêt, pour moi en tout cas. Résumer chacun de leur chapitre en une page m'aurait suffit pour comprendre le message et rendre le gag plus pertinent.


C'est marrant parce que je pensais justement que l'intérêt du spin off serait dans les pages sur Yukiji et Ujikoujio mais au final je les ai trouvées assez moyennes (le coup de l'incompréhension sur la culotte et la remarque de Yukiji sur Indiana Jones sont les deux seuls moments mémorables à mon goût) et plutôt là pour appâter les fans de 20th!

Enfin, même si j'ai apprécié ce spin off, c'est sûr que c'est pas le tome d'Urasawa que je vais relire fréquemment ou citer en référence, mais je trouve quand même l'expérience intéressante parce que délirante, même si ça reste un manga totalement dispensable!