#17880 par Drucci
02 janv. 2011, 02:20
Comme je le disais dans ce topic j'ai fini la lecture de "Ça" de Stephen King et j'ai beaucoup aimé ce roman. Et comme les similitudes entre son intrigue et celle de 20th sont vraiment frappantes, j'ai rédigé un dossier à ce sujet pour le site, que voici (évidemment je vous conseille la lecture de Ça!) :

(attention ça spoile un brin sur le scénario de Ça, mais vraiment un brin)

Naoki Urasawa a révélé dans une interview qu'il avait eu l'idée d'inventer 20th Century Boys en se remémorant son enfance et les jeux auxquels il jouait étant gamin. Mais l'influence du roman "Ça" de Stephen King, paru aux Etats-Unis en 1986, est plus qu'évidente. Une présentation dudit roman et une comparaison des points communs entre les deux oeuvres s'impose!

Image

"Ça" ("It" sous son titre original) est un célèbre roman du non moins célèbre Stephen King, un écrivain américain réputé pour ses histoires d'horreur, dont les - nombreux - romans se sont vendus à des millions d'exemplaires et ont fait l'objet de différentes adaptations au cinéma ou à la télévision. Originaire du Maine (côte Est des Etats-Unis), King situe bon nombre de ses histoires dans la petite ville fictive de Derry, située dans ce même Etat.

Ça, paru en 1986 (et classé par Publishers Weekly comme le roman le plus vendu cette année là), raconte l'histoire d'un groupe d'enfants de Derry, tous âgés de 11 ans, qui se surnommait "la bande des Ratés" et qui a du faire face à "Ça" en 1958, une créature monstrueuse qui hante la ville et, surtout, massacre ses jeunes enfants de manière sauvage et sournoise puisqu'elle possède un pouvoir de "métamorphose" lui permettant de prendre toute sortes d'apparences différentes, afin d'effrayer les enfants avant de les manger. Sa forme la plus connue est celle d'un clown nommé Grippe-Sou, celle-ci lui permettant, au contraire, d'attirer les enfants sous cette apparence amicale pour mieux les tuer par la suite.

La bande des Ratés parvint cependant à mettre fin aux agissements de Ça pour un moment et les 7 enfants du groupe se firent la promesse de revenir mettre fin définitivement à ses agissements si jamais Ça revenait un jour... ce qui se produit en 1985, 27 ans après leur promesse commune, obligeant les membres du club à revenir à Derry pour éliminer le monstre qui y réside...

Image
Stephen King, maître de l'horreur, véritable légende vivante aux Etats-Unis, dont la notoriété est tout aussi répandue dans le monde entier.

Si 20th Century Boys se révèle être tout sauf un récit d'horreur (bien que le fantastique y trouve sa place), les similitudes de son scénario avec celui de Ça sont frappantes, et peuvent être énumérées en plusieurs points :

- Dans les deux récits, l'auteur jongle constamment entre deux périodes principales : 1958 et 1985 dans Ça, 1969 et 1997/2000 dans 20th Century Boys. Bien qu'Urasawa pousse les sauts dans le temps plus loin en allant jusqu'à narrer son récit sur plus de 4 époques différentes, le "jonglage" principal se fait entre la narration de l'enfance des héros et la narration de leurs péripéties à l'âge adulte, tout comme dans le roman de Stephen King.

- "Le Club des Ratés" est constitué de 7 membres, 6 garçons (Bill, Ben, Stan, Mike, Richie et Eddie) et une fille (Beverly) ; "la bande à Kenji" compte quant à elle 8 membres, avec 7 garçons (Kenji, Otcho, Yoshitsune, Maruo, Mon-Chan, Croa-Croa, Donkey) et une fille (Yukiji).

- Dans les deux récits, l'un des membres de la bande est mort lorsque le groupe se reforme à l'âge adulte (Stan dans Ça, Donkey dans 20th Century Boys).

Image
Grippe-Sou le clown, la forme physique la plus connue (et la plus effrayante) de Ça ; photo tirée du téléfilm de Tommy Lee Wallace, "« Il » est revenu", adaptation du roman de Stephen King.

- En toute logique, les thèmes abordés dans les deux oeuvres sont les mêmes : l'oubli des souvenirs d'enfance, qui reviennent aux personnages ponctuellement au cours du récit, la nostalgie de cette époque, le sentiment irréel d'être rattrapé par son passé à l'âge adulte...

- Dans Ça, La bande des Ratés se fait constamment maltraiter par des garçons un peu plus âgés qui leur mènent la vie dure et ne cherchent qu'à les frapper : Henry Bowers et sa bande. On retrouve ces conflits dans le manga d'Urasawa avec les jumeaux Yanbo et Mabo.

- Dans les deux oeuvres, la bande de gamins se construit une base secrète dans un terrain vague, à la fois pour s'amuser et pour se cacher de leurs poursuivants. La base du Club des Ratés est souterraine et sophistiquée tandis que la cabane de tresses de la bande à Kenji est plus rudimentaire.

- Bill et Kenji, chefs de leur bande respective, sont souvent pris de remords à l'idée d'être responsable des malheurs qui arrivent à leurs amis, ces derniers étant mis en danger pour avoir suivi leur chef/idole. Dans les deux récits, on retrouve également l'idée que ces deux héros sont considérés comme tels grâce à leur charisme, sans que leur bande réfléchisse vraiment à la question, les choses se font naturellement.

De plus, les deux héros ont un lien "personnel" avec leur ennemi respectif : Bill veut tuer Ça car ce dernier a assassiné son petit frère George. Kenji est quant à lui lié à Ami par sa soeur et sa nièce.

- Au niveau des personnages, on retrouve les mêmes "stéréotypes" dans chaque oeuvre : le gros garçon gourmand (Ben/Maruo), le peureux de la bande (Eddie/Yoshitsune), la fille aux allures de garçon manqué (Beverly/Yukiji).

- Le premier amour de chaque héros se révèle être la seule fille du groupe, Beverly dans Ça et Yukiji dans 20th Century Boys. Cependant, cet aspect se révèle beaucoup plus important scénaristiquement dans le roman de Stephen King alors qu'il est plus secondaire dans le manga d'Urasawa. De plus, tous les membres du Club des Ratés sont amoureux (à des degrés plus ou moins "poussés") de Beverly tandis que seuls Kenji, Yoshitsune et Mon-Chan sont amoureux de Yukiji.

- Au niveau des différences, on peut noter que dans Ça, tous les personnages vivent une vie aisée socialement à l'âge adulte tandis que les personnages de 20th Century Boys connaissent tous des degrés de fortune divers de ce point de vue.

En tout cas, au délà des similitudes entre les deux scénarios, je ne peux que vous encourager à lire Ça, un thriller fantastique/horrifique captivant et très bien écrit! Il est disponible en deux tomes aux éditions Le Livre de Poche.
#17925 par memorisateur
03 janv. 2011, 12:47
Tres beau travail dru! 8-)
Je m'étais déja amusé a comparer 20th et ça depuis que j'ai lu l'artbook d'urasawa mais j'ai jamais penser a le mettre sur écrit ^^
Tu remarqueras aussi qu'en plus du premier mort de chaque bande il n'y aura qu'un seul autre ensuite qui finira dans la tombe. En gros deux morts en tout par bande.
Il y a aussi la ressemblance entre ami et grippe sous qui sont proche psychologiquement, leurs visage de blanc, leur coté enfantin...
Mais encore bravo! :imp:
#17937 par Drucci
03 janv. 2011, 21:22
memorisateur a écrit :Tu remarqueras aussi qu'en plus du premier mort de chaque bande il n'y aura qu'un seul autre ensuite qui finira dans la tombe. En gros deux morts en tout par bande.
Il y a aussi la ressemblance entre ami et grippe sous qui sont proche psychologiquement, leurs visage de blanc, leur coté enfantin...


Exact, j'avais zappé ça! J'ai rajouté l'info sur le deuxième mort, merci.

Sinon c'est bien que le dossier vous plaise, maintenant je peux que vous conseiller (quitte à radoter) de lire "Ça"!
#17961 par Raimaru
04 janv. 2011, 16:25
Beau boulot, Dru, tu as un don pour faire des articles :incline:
Je n'ai pas lu "ça", mais les romans et moi... J'ai essayé de m'y remettre avec du Dostoïevski, mais je n'ai pas réussi (pas forcément le meilleur pour recommencer me direz-vous :bouh: )

Néanmoins, c'est assez déroutant de voir qu'Urasawa a quelque peu "recopié" Stephen King...
#17962 par Wang Tianjun
04 janv. 2011, 16:27
Raimaru a écrit :BJ'ai essayé de m'y remettre avec du Dostoïevski, mais je n'ai pas réussi (pas forcément le meilleur pour recommencer me direz-vous :bouh: )

Effet Syndrôme 1866 ? :love:
#17969 par Drucci
04 janv. 2011, 17:01
Raimaru a écrit :Néanmoins, c'est assez déroutant de voir qu'Urasawa a quelque peu "recopié" Stephen King...


Il reconnait dans son artbook qu'il est un grand fan de King donc l'influence est certaine! Et puis il doit plus voir ça comme un hommage qu'un "plagiat" (surtout que malgré le nombre de points communs ça reste des éléments dans les grandes lignes du scénario, les deux histoires sont quand même très différentes pour tout le reste).