#10068 par Drucci
26 mars 2010, 19:39
La Base Secrète a écrit :Compte-rendu de la conférence sur Pluto et Naoki Urasawa au Salon du Livre 2010

Image

Les événements spécialisés dédiés à Naoki Urasawa sont rares en France, mais la tenue de la 30ème édition du Salon du Livre, à Paris, était l'occasion de faire exception à cette "règle", puisqu'une conférence dédiée à Pluto avait lieu dans l'espace "Escale BD/Manga", le vendredi 26 mars 2010 - jour d'ouverture du salon -. Il s'agissait donc là d'une occasion de revenir sur la dernière série d'Urasawa parue en France et de discuter plus généralement de l'auteur et de ses oeuvres ; voici un compte-rendu de cette conférence ouverte au public, qui a duré près de trois quart d'heures.

Les trois intervenants étaient Yves Schlirf, directeur général de Kana, Stéphane Beaujean, journaliste de Chronicart, et Stéphane Jarno, journaliste de Télérama.

Dans un espace ouvert au public - et d'abord "occupé" par un groupe de collégiens bavards, qui a fini par quitter les lieux, - les discussions ont donc porté sur Pluto en premier lieu mais aussi plus généralement sur Naoki Urasawa, son style atypique et les thèmes récurrents de ses oeuvres. Plutôt que de faire un compte-rendu chronologique, voici un résumé de ce qui a été dit et débattu, thème par thème.

Image

L"Escale BD/Manga" où s'est tenue la conférence, qui a duré près de trois quart d'heures.

A propos de Pluto

- Pluto a remporté un succès considérable au Japon ; le manga est un véritable "hit" sur le sol nippon (ses ventes étant du même niveau que celles de shônen très populaires tels que Naruto et One Piece).

- Les éditions Kana ont du attendre deux ans pour pouvoir publier la série en France, en attendant l'aval des éditeurs japonais (la Shôgakukan et Tezuka Production étant deux sociétés indépendantes, les négociations pour les droits d'édition étaient plus compliquées qu'en temps normal).

- Interrogé à propos de l'accueil réservé à l'oeuvre par les fans français, Yves Schlirf s'est dit satisfait à la fois du succès critique de Pluto (il a mentionné la sélection du manga pour le "prix des libraires" pour la période du 1er janvier au 28 février, et sa sélection en tant que "BD" du mois sur RTL - Pluto est le premier manga a avoir remporté ce titre sur la chaîne de radio -) et du succès commercial puisque les ventes sont très satisfaisantes (même si, a-t-il plaisanté, elles sont "encore très loin de celles de Naruto").

- Stéphane Beaujan s'est dit admiratif de la façon dont Urasawa a su reprendre à l'identique l'histoire à l'origine de Pluto, le récit d'Astro Boy intitulé "Astro, le robot le plus fort du monde", tout en la développant et en y insérant des thèmes qui lui sont chers (le "mal", l'enfance brisée...), sans oublier de la moderniser.

- Les intervenants ont noté des similitudes entre Monster et Pluto : notamment le fait que l'intrigue se déroule principalement en Allemagne, la ressemblance frappante entre l'inspecteur Runge et l'inspecteur Gesicht, l'ambiance oppressante d'une enquête sur un tueur en série...

- La société Tezuka Production est à l'origine du projet de Kana de réédition des aventures originales d'Astroboy, débuté peu avant la parution de Pluto. Kana a accepté cette demande, en les re-publiant sous forme d'intégrales - sachant que ces histoires avaient été publiées à l'origine par Glénat mais que la parution avait été interrompue en raison des faibles ventes -.

Stéphane Beaujean constate que, même auprès du public spécialisé, les aventures d'Astro Boy ne remportent pas vraiment de succès, au grand désarroi de Stéphane Jarno, qui a souligné la qualité de ces histoires, à la base du "patrimoine du manga japonais".

- Yves Schlirf a confirmé que la parution du manga se ferait selon le rythme habituel, c'est à dire un nouveau volume tous les deux mois ; le dernier tome devrait donc paraître fin 2010/début 2011.

- Le directeur général de Kana a également annoncé que la parution de Pluto dans son édition Deluxe (grand format, couvertures argentées et à "double fond", pages couleur et grande qualité d'impression) commencerait vers la même période (fin 2010/début 2011,) juste après la parution du dernier volume en édition classique. Une très bonne nouvelle pour les amateurs de belles oeuvres, donc, vu la qualité de cette édition (vraiment très soignée, et qui permet d'apprécier les planches de l'auteur en grand format).

Image

De gauche à droite : le conférencier, Stéphane Beaujean, Yves Schlirf (au fond) et Stéphane Jarno (de dos).

A propos de Naoki Urasawa

- Yves Schlirf, grand connaisseur d'Urasawa (à l'origine de la publication de Monster chez Kana) est la seule personne du milieu francophone de l'édition du manga à avoir rencontré l'auteur, lors d'un meeting professionnel de 10 minutes.

- Naoki Urasawa accorde une grande importance à l'avis du public français et du public belge, et à la réception qu'isl réservent à ses oeuvres ; cela explique donc le fait qu'il ne souhaite pas voir ses oeuvres plus anciennes (Yawara, Master Keaton...) publiées en France car il éprouve une sorte de "honte" vis à vis de ses premiers manga, notamment au niveau des dessins.

- Reconnaissant la qualité des dessins d'Urasawa, les trois intervenants ont néanmoins convenu qu'il ne s'agissait pas là du point fort de l'auteur mais que sa priorité était de travailler le scénario et les dialogues de ses manga.

- Les trois intervenants ont également abordé et débattu de certains thèmes que l'on retrouve dans chaque manga d'Urasawa, notamment celui du "mal" et de son incarnation par un personnage bien précis. Ainsi, Stéphane Jarno estime que, sans être pour autant manichéen, Urasawa opère malgré toutune distinction très nette entre ses "bons" personnages d'un côté et le "grand méchant" de l'autre. L'avis de Stéphane Beaujean sur la question diverge puisqu'il estime pour sa part que, si Urasawa commence d'abord par personnifier très clairement le mal dans ses thrillers (Ami dans 20th Century Boys, Johann dans Monster et Pluto dans Pluto), ce n'est que pour mieux le dissoudre au cours de l'intrigue, le rendre plus diffus et toujours insaisissable. Cela explique notamment, selon lui, la déception de nombreux lecteurs vis à vis des fins qu'Urasawa réserve à ses manga, car elles n'apportent pas de réponses à toutes les questions mais montrent au contraire que le "mal" reste insaisissable.

Le thème de l'enfance brisée est également omniprésent chez Urasawa ; Johann et Ami sont ainsi devenus les "monstres" que l'on connait du fait de traumatismes subis pendant leur enfance.

- Les intervenants se sont également dits admiratifs de la capacité atypique d'Urasawa à créer de nombreux personnages, à leur donner à chacun un visage propre et à les "animer", à leur attribuer une histoire, un passé, et à pousser les lecteurs à s'y attacher alors parfois qu'ils n'ont aucun rôle important dans l'histoire - tandis que l'autre talent d'Urasawa consiste à donner un rôle décisif "tardif" à un personnage secondaire aperçu dans l'intrigue à un moment donné -.

Il s'agit là d'un des gros points forts de l'auteur puisqu'il est très difficile de parvenir à créer autant de personnages différents, à imaginer leurs visages et à les intégrer dans un scénario ; on en compte en général 10 dans une intrigue "classique" mais Urasawa en met souvent en scène plus de 40. Le parcours "classique" des personnages principaux, qui les amène à voyager et à rencontrer d'autres personnes, permet de créer cette richesse narrative.

- Les intervenants ont confirmé que Naoki Urasawa était vu comme le "descendant spirituel" de Tezuka au Japon. Ils ont cependant répondu par la négative lorsque le conférencier leur a demandé s'il existait une "école Urasawa", et si le style de ce dernier avait véritablement influencé des "disciples".

- La fascination d'Urasawa pour l'Europe (et plus particulièrement pour l'Allemagne) est bien visible dans ses oeuvres mais ne s'explique pas.

- Sur la question des similitudes entre les manga d'Urasawa et les codes de la BD franco-belge, les intervenants ont bien insisté sur le fait qu'Urasawa ne visait pas du tout un public européen mais que le public japonais était bien sa cible. Les références culturelles de certains de ses manga ne sont d'ailleurs compréhensibles que par les lecteurs nippons (l'exemple de 20th Century Boys a été donné, puisque l'identité d'Ami peut être devinée dès les premiers tomes grâce à une double lecture des idéogrammes formant les noms des personnages).

Les intervenants ont, en revanche, souligné que le public français se retrouvait dans les manga d'Urasawa car le style narratif de celui-ci, ainsi que son découpage et sa mise en scène, étaient très proches du style franco-belge.

- La capacité de l'auteur à tenir un rythme de parution hebdomadaire ou bi-mensuel tout en créant un cliffhanger à chaque fois est "sa marque de fabrique" ; le conférencier a bien souligné la prouesse d'Urasawa de réaliser un thriller sur plus de 2000 pages (Monster).

- Yves Schlirf a lu les premiers chapitres de Billy Bat et s'est dit très enthousiasmé, affirmant qu'il s'agissait là encore d'un "thriller classique" d'Urasawa.

Cette conférence très intéressante a donc permis d'en apprendre un peu plus sur la "genèse" de Pluto en France, sur le travail de Naoki Urasawa et sur les similitudes de ses oeuvres avec la BD franco-belge. On ne peut donc que saluer l'initiative, et espérer qu'elle est annonciatrice d'une tendance à venir!


Voilà pour le compte-rendu!

La conférence était vraiment très intéressante, dommage qu'il n'y ait eu que 5 ou 6 spectateurs... et le groupe de collégiens au début était vraiment lourd, ils ont mis du temps à partir d'ailleurs alors qu'ils écoutaient pas et que les intervenants étaient pas sûrs de s'adresser à un public, d'ailleurs ils ont du mérite pour avoir réussi à garder leur sérieux au début!

J'ai pas pu distribuer des flyers à "tous" (enfin, les rares ^^) spectateurs puisque la plupart sont partis très vite. Par contre j'en ai passé à deux spectatrices qui étaient restées un peu pour discuter avec Stéphane Beaujean, à qui j'ai également donné un flyer, tout comme à Yves Schlirf et à Stéphane Jarno. Ils étaient tous très sympa et j'ai eu la surprise de découvrir que Stéphane Beaujean (journaliste de Chronicart) connaissait le site puisqu'il s'est exclamé "Ah la base secrète, je connais!" en recevant le flyer. Peut-être que ça le poussera à s'inscrire, qui sait? Enfin, s'il nous lit le message est passé. :nerd:

Yves Schlirf est vraiment très sympa, après qu'il ait plaisanté sur les flyers et le fait que les japonais deviendraient fous en les voyant (puisqu'ils sont très tatillons sur la reproduction des images de manga sans autorisation), je lui ai demandé s'il comptait publier Billy Bat et il a répondu qu'il aimerait beaucoup mais qu'évidemment c'était beaucoup plus compliqué que ça et qu'il y avait une concurrence assez importante sur le marché pour obtenir les droits des manga d'Urasawa (il a précisé que le fait que Kana ait fait ses débuts en association avec la Shôgakukan les a aidés pour Monster et Pluto mais - là c'est moi qui suppute - pour Billy Bat ça risque d'être plus difficile vu que c'est édité chez Kodansha).

De même, pour Pluto, apparemment le problème principal venait du fait que Tezuka Production et la Shôgakukan étaient indépendants et qu'à l'époque ils n'avaient pas d'accord sur une publication de Pluto à l'étranger, ce qui explique que Kana n'ait eu le droit de le publier qu'après un délai de 2 ans.

Sinon personne n'a posé de questions à la fin, moi non plus (à part en "off" après comme je viens de le dire) mais dans l'ensemble toutes tes questions ont été abordées par les intervenants pendant la conférence Wang, donc t'avais visé juste! :merci:
#10078 par BigFire
27 mars 2010, 10:24
Merci pour le compte rendu. Bon on apprend pas mal de chose.
Pour le refus d'Urasawa que ces anciens mangas soient publiés, on le savait déjà mais là au moins c'est bien clair.
D'ailleurs, ce serait bien qu'il change d'avis car l'intérêt aussi pour les lecteurs c'est de suivre l'évolution de l'auteur.

Pour Billy Bat, j'ai hélas de mauvais espoir. Si Kana ne récupère pas les droits, on va devoir se taper une édition Panini Merdic.

Bon une chose est sûr c'est qu'en France en dehors de Naruto rien ne fait des ventes extraordinaires.
D'ailleurs j'en parlais avec un de mes libraire. Il a eu l'occasion d'avoir une discussion avec des personnes de chez Kana. Et il m'a dit que le succès d'une série en manga n'est que ponctuel. Durant sa publication la série peut très bien marcher, mais quand après l'arrivée du dernier tome et bien plus personne n'achète. les exception sont pour le moment Dragon Ball qui est sans cesse réédité car ça marche, One Piece et Naruto qui continuent d'avoir de nouveaux lecteurs. Et par exemple Monster, ne fonctionne plus du tout à présente alors que la série a eu un sacré succès à sa sortie.
Il faut dire que les personnes achetant des mangas les achètent dès leur sortie. De plus il faut aussi constater que le marché du manga est saturé et qu'il y a énormément de choix et pas que du meilleur.
A présent la réussite d'un manga en France sera moins importante qu'il y a 10 ans.

jojo81 a écrit :Merci pour le compte-rendu, c'est super intéressant.
Par contre, on est pas près d'avoir Yawara. :ouin:


Perso c'est surtout Master Keaton qui me botterait pas mal et finir Pineapple Army par la même occasion.
#10081 par Wang Tianjun
27 mars 2010, 12:23
Excellent Drucci, tu as fait un super boulot ! Et bravo pour la diffusion des flyers. Et si tu as réussi à sympathiser, peut-être que Kana concèderait à la création de quelques concours sur le site.... ;)

Juste un point qui me saute aux yeux (pas trop le temps ce week-end de m'étaler ^^") :
Concernant Billy Bat et la Kodansha, il faut savoir que cette maison d'édition a passé un accord avec l'éditeur Pika. En gros, ils proposent leurs titres en premier à Pika et l'éditeur français prend ce qui l'intéresse. Cependant Pika n'a jamais fait d'Urasawa, et j'ai du mal à leur voir un titre similaire dans leur catalogue...

Bon après tout, qu'importe le flaçon pourvu qu'on ait l'ivresse ^^
#10082 par effer
27 mars 2010, 14:12
Drucci: merci pour le compte rendu bien précis de cette conférence. :merci:
On a la confirmation, hélas, que les premières séries de Urasawa ne seront pas éditées en France: dommage, au moins pour Pinapple Army qui est très courte.
On a de l'espoir pour Billy Bat...
Wait and see... :)
#10087 par Drucci
27 mars 2010, 14:41
Wang Tianjun a écrit :Juste un point qui me saute aux yeux (pas trop le temps ce week-end de m'étaler ^^") :
Concernant Billy Bat et la Kodansha, il faut savoir que cette maison d'édition a passé un accord avec l'éditeur Pika. En gros, ils proposent leurs titres en premier à Pika et l'éditeur français prend ce qui l'intéresse. Cependant Pika n'a jamais fait d'Urasawa, et j'ai du mal à leur voir un titre similaire dans leur catalogue...

Bon après tout, qu'importe le flaçon pourvu qu'on ait l'ivresse ^^


Intéressant, merci de l'info! Mais comme toi je vois vraiment pas une série d'Urasawa dans le catalogue de Pika... de toute façon il faudra attendre bien longtemps avant d'avoir Billy Bat en France mais je pense que les principaux "joueurs" sur le marché restent Kana et Panini.

De rien pour le compte-rendu sinon, ça me fait plaisir de voir qu'il vous a plu car la conférence était vraiment très intéressante et je pense en avoir vraiment résumé l'essentiel!

Ah, et j'ai oublié de le mentionner hier mais les films 20th ont été évoqués à un moment et ça a donné lieu à une discussion marrante entre Stéphane Beaujean et Stépharne Jarno, le premier disant à demi-mot qu'il n'avait pas aimé parce qu'il ne connait pas assez les "codes du cinéma japonais", et le second qui disait franchement qu'il allait être "moins diplomatique" et que les films étaient vraiment mauvais car ils étaient une adaptation à l'identique du manga. :D
#10089 par memorisateur
27 mars 2010, 17:50
exellent travaille de rédaction dru :incline:
y'a pas a dire cette conférence etait extremement interessante c'est vrai que ne n'avait pas fais beaucoups de lien entre pluto et monster.
Et la nouvelle des editions de luxe est génial!!!!!!! :imp:
#10091 par Saeko Doyle
27 mars 2010, 19:09
Brillant compte-rendu c'est comme si on y était !!!

Amusant ça le fait qu'il ait "honte" de ses débuts je n'aurai jamais cru ça.
Ahh la version Deluxe a l'air trop chouette *__* pourquoi ils n'ont pas sorti ça directement ? snif pour les sous :/ ca risque pas que les gens attendent cette sortie la, plutot que de racheter en double ?

Amusant de dire que ce n'est pas son point fort les dessins :D pour moi ils sont parfaits :p ! surtout en terme de prise de vue des scènes *_*, on se croirait à chaque fois en train de regarder un bon film. J'aime autant les dessins que l'intrigue et le scenario^^

C'est vrai que c'est dommage qu'Astro ne marche pas plus en France.

Dommage aussi qu'il n'y avait pas beaucoup de personnes, mais un vendredi apres-midi c'est pas forcément facile d'obtenir du public :/

A quand Urasawa en France en dédicace au fait ? :-p
#10093 par mycea
27 mars 2010, 19:35
Super compte-rendu d'une très intéressante conférence !

(ah les collégiens... comme je les imagine bien !!)

Bref. Sinon :
Ainsi, Stéphane Jarno estime que, sans être pour autant manichéen, Urasawa opère malgré toutune distinction très nette entre ses "bons" personnages d'un côté et le "grand méchant" de l'autre. L'avis de Stéphane Beaujean sur la question diverge puisqu'il estime pour sa part que, si Urasawa commence d'abord par personnifier très clairement le mal dans ses thrillers (Ami dans 20th Century Boys, Johann dans Monster et Pluto dans Pluto), ce n'est que pour mieux le dissoudre au cours de l'intrigue, le rendre plus diffus et toujours insaisissable. Cela explique notamment, selon lui, la déception de nombreux lecteurs vis à vis des fins qu'Urasawa réserve à ses manga, car elles n'apportent pas de réponses à toutes les questions mais montrent au contraire que le "mal" reste insaisissable.


J'adhère totalement à cette anlayse.

Amusant ça le fait qu'il ait "honte" de ses débuts je n'aurai jamais cru ça.


ça n'est pas très étonnant, de nombreux créateurs hésitent à ressortir leur fonds de paniers des premières années... Souvent à raison d'ailleurs d'un point de vue purement qualitatif ! Mais il est vrai que pour le fan il est toujours délectable de pouvoir apprécier la progression d'un auteur.
Comprenons que ce n'est pas toujours facile pour eux !
#10101 par effer
28 mars 2010, 13:36

ça n'est pas très étonnant, de nombreux créateurs hésitent à ressortir leur fonds de paniers des premières années... Souvent à raison d'ailleurs d'un point de vue purement qualitatif ! Mais il est vrai que pour le fan il est toujours délectable de pouvoir apprécier la progression d'un auteur.
Comprenons que ce n'est pas toujours facile pour eux !

Je pense également que c'est la raison, aggravé par le fait que, contrairement aux japonais, on ne peux pas suivre l'évolution de son style au rythme des parutions.
En France, avec le décalage des délais, Urasawa doit avoir peur que son dessin soit reçu comme inabouti par rapport à son travail actuel. :)
#10107 par Drucci
28 mars 2010, 16:34
effer a écrit :
mycea a écrit :ça n'est pas très étonnant, de nombreux créateurs hésitent à ressortir leur fonds de paniers des premières années... Souvent à raison d'ailleurs d'un point de vue purement qualitatif ! Mais il est vrai que pour le fan il est toujours délectable de pouvoir apprécier la progression d'un auteur.
Comprenons que ce n'est pas toujours facile pour eux !

Je pense également que c'est la raison, aggravé par le fait que, contrairement aux japonais, on ne peux pas suivre l'évolution de son style au rythme des parutions.
En France, avec le décalage des délais, Urasawa doit avoir peur que son dessin soit reçu comme inabouti par rapport à son travail actuel. :)


Oui, et au delà des dessins, je pense qu'Urasawa éprouve aussi une certaine "honte" vis à vis des scénarios de ses premiers manga. On le voit clairement dans le reportage NHK sur l'auteur, mais il veut très rapidement laisser tomber les shônen sportifs classiques à succès pour créer des oeuvres qui lui permettent de mettre en scène des thèmes qui lui sont chers, des intrigues plus poussées, etc.

Donc c'est assez logique qu'il refuse que le public étranger, qui l'a d'abord découvert avec ses oeuvres les plus abouties comme Monster et 20th, découvre après coup ses débuts, sans doute moins intéressants vu qu'il s'agit de shônen sportifs tout ce qu'il y a de plus classiques.
#10111 par gesicht67
28 mars 2010, 16:49
Drucci a écrit :Donc c'est assez logique qu'il refuse que le public étranger, qui l'a d'abord découvert avec ses oeuvres les plus abouties comme Monster et 20th, découvre après coup ses débuts, sans doute moins intéressants vu qu'il s'agit de shônen sportifs tout ce qu'il y a de plus classiques.

D'une certaine façon, c'est un peu idiot puisque, pour nous, du Urasawa classique, c'est du Urasawa intriguant. Du coup, Happy ou Yawara, c'est tout de suite plus exotique. (par contre, les deux sont-ils réellement différents ?)
#10113 par memorisateur
28 mars 2010, 17:25
pourtant j'ai lu une partie de ces débuts et je les trouvaient pas mal! Moi qui est (par chance) fait du tennis et toujours du judo je peux affirmer qu'il fesait une tres belle retranscription de ces deux sports avec des dessins acceptable
#10121 par Drucci
28 mars 2010, 18:44
gesicht67 a écrit :
Drucci a écrit :Donc c'est assez logique qu'il refuse que le public étranger, qui l'a d'abord découvert avec ses oeuvres les plus abouties comme Monster et 20th, découvre après coup ses débuts, sans doute moins intéressants vu qu'il s'agit de shônen sportifs tout ce qu'il y a de plus classiques.

D'une certaine façon, c'est un peu idiot puisque, pour nous, du Urasawa classique, c'est du Urasawa intriguant. Du coup, Happy ou Yawara, c'est tout de suite plus exotique. (par contre, les deux sont-ils réellement différents ?)


Ses premiers manga restent intrigants pour les fans et attirent notre curiosité, c'est sûr, mais je pense qu'au delà de la découverte du ou des premier(s) volume(s) on risque d'être déçus. Parce que ça reste exotique dans ce sens de découverte, de style différent, mais ça reste un shônen sportif classique et on a été habitués à des critères de qualité bien plus élevés justement parce qu'on a découvert Monster et 20th avant!

Ca me fait un peu penser à Gosho Aoyama et à Détective Conan. Après le succès de la série en France, son premier manga, Yaiba, était sorti. Bah, au delà du côté marrant de la découverte de sa première oeuvre, ça s'arrêtait là niveau intérêt/curiosité pour ma part parce que c'était loin du niveau de Conan (et pas du tout le même style de manga, comme pour Yawara en comparaison avec Monster par exemple).
#10124 par gesicht67
28 mars 2010, 18:48
Je sais pas... Yaiba, c'est quand même une pâle copie de Dragon Ball. ça reste sympa, moi j'aime bien, et je ne revendrai pas la série (contrairement à Conan :diable: ), mais je comprends qu'on ne s'y risque pas face au choix qu'on a à côté...
#10152 par gesicht67
30 mars 2010, 04:47
Les trois intervenants ont également abordé et débattu de certains thèmes que l'on retrouve dans chaque manga d'Urasawa, notamment celui du "mal" et de son incarnation par un personnage bien précis. Ainsi, Stéphane Jarno estime que, sans être pour autant manichéen, Urasawa opère malgré toutune distinction très nette entre ses "bons" personnages d'un côté et le "grand méchant" de l'autre. L'avis de Stéphane Beaujean sur la question diverge puisqu'il estime pour sa part que, si Urasawa commence d'abord par personnifier très clairement le mal dans ses thrillers (Ami dans 20th Century Boys, Johann dans Monster et Pluto dans Pluto), ce n'est que pour mieux le dissoudre au cours de l'intrigue, le rendre plus diffus et toujours insaisissable.

On peut rajouter les parcs d'attraction à la liste des thèmes qui reviennent chez Urasawa d'un titre à l'autre. ^^;