#9184 par 14thgunner
10 janv. 2010, 23:41
Comme le titre l'indique, je me suis lancé dans une relecture de Monster. Enfin plutôt une rererelecture, voire plus. Mais je ne le regrette déjà pas!

Je voudrais souligner que Monster est ma plus grosse claque, tout dessin séquentiel confondu. Ma première lecture a, disons le, clairement changé ma vision de la BD, et même plus...

Je suis pour l'instant au tome 7. Mais ce manga est incroyable. Je me suis fait un grand nombre de remarques, dont je vais vous faire part:

- Durant les 3-4 premiers volumes, il est quasiment évident pour le lecteur averti que Johann n'existe QUE dans la tête de Tenma. Il est également amusant de remarquer que cette hypothèse disparait dès lors que Runge et d'autres commencent à l'énoncer... :nerd:
Cela demande une maitrise du récit incroyable!

- La façon dont Tenma change (et je n'en suis qu'au tome 6, je me réjoui de revoir la suite!), du médecin modèle au vagabond. En fait, ce changement est applicable à presque tous les personnages. Eva, Dieter, Anna/Nina etc. Au contraire de quasiment tous les autres récits, les personnages d'Urasawa sont dans une évolution permanente et extrêmement rapide.

- La variété de personnages qu'est capable de créer Urasawa. Et la manière qu'il a de nous les présenter. Je retiendrai ici Maurer, auquel on s'attache incroyablement par rapport à son temps de présence. Il est dans l'histoire depuis un chapitre et demi, et on a déjà envie qu'il retrouve sa femme et qu'il arrête de fumer. Et Urasawa le tue, ce salaud! Heckel aussi est remarquable et attachant!

- Les différents angles sous lesquels les personnages sont présentés, afin de montrer leur complexité. Müller, le meurtrier que l'on déteste de prime abord, devient après que l'on connaisse sa famille et qu'il sauve Nina une personne dont on ne veut surtout pas qu'il lui arrive quelque chose. On en oublie très vite qu'il a massacré 3 personnes... De même pour le Lawyer, à la fois terroriste et homme simple.
Et que dire d'Eva, qu'au fil des chapitres, on déteste, on aime, on méprise ou dont on a pitié, comme un roller coaster émotionnel orchestré par Urasawa. Tous les personnages, si ce n'est peut-être Johann et Tenma pour le moment qui représentent le bien et le mal de manière manichéenne, ne sont ni tout blanc ni tout noir. Ils ont tous sans exceptions leurs parts d'ombre, leurs défauts, mais aussi leurs qualités.

- Le portait de l'Allemagne est magnifique. Au fil des pages, on se balade de villes en villages. Les décors soignés donnent vraiment l'impression d'y être. Ceci est peut-être aussi une des qualités de ce manga pour nous, car on a l'impression que cela se passe "presque chez nous" au contraire de la plupart des mangas prenant place au japon, trop loin pour nous.

Mes premières impressions, j'attend de savoir ce que vous en pensez. Je vous conseil également de relire ce chef d'œuvre, ça ne fait pas de mal pour se préparer à "2010, l'année Urasawa"!! *tin tin tiiin*
#9185 par memorisateur
11 janv. 2010, 19:43
TRES BELLE DESCRIPTION!! ;)
tu viens de me rappeler pas mal de point magistral que j'avais oublier mais qui m'avais fait passer d'exellent moment, meme si je le relis morceau par morceau, une relecture globale serai en effet une bonne idée^^
par contre je n'ai jamais trouver que Johan n'existait que dans la tete de Temna, on le voit meme dans le tome un! certe son omnipresence nous laisse perplexe mais comment aurait t'il pu tuer (par exemple) le garde qui devait surveiller la chambre de son patient (le complice qui se fait tuer au tome 1)
#9186 par 14thgunner
11 janv. 2010, 19:58
Ah si! Relis les 2-3 premiers volumes, tu verras.

Il très probable que Tenma aie une deuxième personnalité étant Johann. Johann se trouve toujours près de Tenma, et tout est fait pour qu'il soit le bénéficiaire des meurtres. Le fait que l'ont voie Johann ne veut je pense pas dire qu'il existe réellement, comme dans Fight Club par exemple, ou l'on voit tout le film selon le point de vue du héros.

On pourrai très bien avoir un Docteur Tenma et Mister Johann...
#9187 par memorisateur
11 janv. 2010, 20:24
certe tout les elements des premier volume le fond penser,je suis d'accord, SAUF le meurtre du complice sur le toit, a moin que l'on pense qu'il a rever de tout sa c'était impossible que le pauvre patient se fasse tuer sous ces yeux apres une petite discution et que sa soit lui!
De plus, en relisant on peut voir que nina apercoit elle aussi johan donc ou les deux sont fou ou les deux on vu une personne REEL :nerd:
mais t'a theorie me fait penser plus a celle de billy bat
Spoiler : :
en effet le hero parle avec un double qui dirige presque ces actes et semble etre dans sa tete. pourtant c'est une epoque differente urasawa n'avait pas encore se genre d'idée
#9188 par Drucci
11 janv. 2010, 21:21
Excellent topic 14th et tu fais des remarques très justes!

J'avais pas du tout pensé à ton idée selon laquelle tout est fait pour qu'on croit Johann est rêvé par Tenma dans les trois premiers volumes, c'est bien vu et ça tient la route!

Par contre j'ai des doutes vis à vis des meurtres de Maurer et des parents de Nina ; certes, c'est pas Johann qui les commet, mais des complices, mais quel intérêt aurait Tenma à tuer ces gens alors qu'il leur demande justement de l'aider?

Globalement je partage ton avis. J'ai longtemps considéré que 20th était meilleur que Monster mais après relecture, j'ai vraiment été plus marqué par Monster et de nombreux détails ou subtilités qui m'avaient échappé à la première lecture (ou les suivantes). La question de savoir quelle série est meilleure est un autre débat (et c'est très subjectif) mais je trouve que Monster est quand même mieux construit, mieux réfléchi.

Je trouvais le personnage de Tenma trop "niais" et "bon" au début mais à la relecture on se rend compte qu'il évolue vraiment au cours de l'intrigue et qu'il devient de plus en plus cynique, au point de perdre certaines valeurs morales. Son personnage est vraiment intéressant, et on s'y attache vraiment, malgré le fait qu'il reste très renfermé tout au long de l'intrigue.

Enfin, comme tu l'as dit, le fait d'attacher les lecteurs à des personnages secondaires et de leur faire réaliser que personne n'est totalement parfait ou totalement diabolique, est le gros point fort du manga. Le plus impressionnant c'est que des personnages comme Maurer, Müller, Martin, etc, occupent un rôle secondaire, on ne les voit que pour quelques chapitres, et pourtant ils ne sont pas là juste pour faire de la figuration mais ils font bien progresser l'intrigue.

Ils sont un élément secondaire du scénario et pourtant ils marquent le lecteur par leur personnalité et le sort que leur réserve Urasawa, du grand art! D'autant que si le résultat est le même à chaque fois (on s'attache au personnage), on n'a pas d'impression de répétition ou de procédé facile tellement c'est bien fait.

C'est un des trucs qu'Urasawa a repris très discrètement dans 20th mais il n'a pas su produire le même effet et semble même avoir fait "demi-tour".

Concernant les paysages allemands c'est vrai qu'on n'y fait pas forcément attention mais c'est vraiment bien dessiné. L'évolution graphique globale est d'ailleurs impressionnante. Les derniers volumes sont magnifiquement dessinés!

Enfin, les deux derniers volumes et toute l'histoire à Ruhenheim sont juste absolument génials, y a rien à rejeter dans tout ça pour moi, c'est vraiment un final monstrueux (sans jeu de mots :bouh: ). C'est quand même dur de réaliser un final aussi génial, mais il est pour moi inégalable. J'ai rarement ressenti autant de "pression" en lisant un manga, tu dévores les derniers chapitres et les dernières pages, et le suspense, qui semble à son comble à chaque fois, parvient malgré tout à grossir et encore grossir.

Sinon 14th, essaye de bien lire tous les passages sur l'appartement des trois grenouilles lors de ta relecture, parce que cette histoire reste très mystérieuse pour moi même après relecture et je pense qu'il y a une grosse incohérence dans le scénario (cf le topic où j'en parlais : viewtopic.php?f=27&t=385).
#9189 par memorisateur
11 janv. 2010, 21:34
entierement et meme extremement d'accord sur les deux dernier volumes, le passage de la ville etait LE plus gros moment de l'histoire, deja par son originaliter et par la faculter qu'a Urasawa a pousser ces personnages au plus haut degre d'émotion!!! sans oublier les dessins qui etaient au top de la serie comme le grand cri de grimmer qui m'aura marquer pour toujours, c'était EXTRORDINAIRE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :goku: :goku: :goku:
bon apres cette enflamation (et je persiste, c'est le plus grand passage de toute son histoire de mangas) je rappel que nina aussi a vu johan donc IL NE POUVAIT PAS ETRE DANS SA TETE! :dead:
sinon je vais voir cette fameuse incoherence et essayer d'apporter des reponces^^
#9190 par 14thgunner
11 janv. 2010, 21:51
Drucci a écrit :Par contre j'ai des doutes vis à vis des meurtres de Maurer et des parents de Nina ; certes, c'est pas Johann qui les commet, mais des complices, mais quel intérêt aurait Tenma à tuer ces gens alors qu'il leur demande justement de l'aider?


Quand j'ai dit que c'est clair que Johann n'existe que dans la tête de Tenma, je ne parle que du début de l'histoire. Au moment de Maurer, ce n'est plus si clair, enfin je ne me souviens déjà plus exactement tout le déroulement, j'aurais du noter... :/

Et je persiste à dire qu'au début, il pourrait très bien être une deuxième personnalité de Tenma. Il aurait empoisonné les bonbons, tué lui même Junkers, etc. Rien dans le récit rend sure l'existence de Johann! Ce n'est qu'après que d'autres personnages aperçoivent Johann, et que l'on commence à voir se dévoiler l'organisation dans il est le centre.

J'ai aujourd'hui relu le tome 7. Remarquable lui aussi! La moitié de ce volume est consacrée à Richard Brown, seulement. Quasiment rien par rapport au reste de l'histoire. Mais tout comme Maurer, ce personnage est extrêmement marquant!!

Ce volume marque aussi le moment ou l'on voit apparaitre Johann comme personnage; avant il n'était qu'une ombre, une légende presque. Les cases ou il est présent sont vraiment inquiétantes et perturbantes... Sa visage sensé être magnifique de beauté devient, quand on sait ce qu'il se passe derrière, très inquiétant. Son regard est glaçant, et je suis toujours en train de me demander comment faire pour dessiner un regard pareil!!

Cela me permet d'ajouter la qualité des expressions du visage des personnages!! Mais c'est plus à regarder qu'à disserter!

Bref, j'étais loin de saisir la totalité de la profondeur de cette œuvre!

Dru: Je vais avoir du temps, car je serais en vacances jusqu'au 22 février. Je suis dans l'histoire, j'hésite à me lancer dans l'écriture de dossier. ça te dirait Dru, si je le fais, de les lire et peut-être les mettre sur le site? Moi ça me tente beaucoup, je trouve tellement de choses à dire pages après pages!! :D
#9191 par Drucci
12 janv. 2010, 13:05
14thgunner a écrit :Dru: Je vais avoir du temps, car je serais en vacances jusqu'au 22 février. Je suis dans l'histoire, j'hésite à me lancer dans l'écriture de dossier. ça te dirait Dru, si je le fais, de les lire et peut-être les mettre sur le site? Moi ça me tente beaucoup, je trouve tellement de choses à dire pages après pages!! :D


Ca serait génial! D'autant que j'ai pensé à vous proposer d'écrire des dossiers, je pensais créer un topic là dessus pour voir si ça vous tentait et puis je me suis dit que vous auriez pas assez de temps libre pour le faire. Mais si ça te dit et que tu as le temps c'est une excellente idée, et je t'encourage vivement à le faire! :imp:
#9192 par memorisateur
12 janv. 2010, 17:26
oh mais sa serai une exellente idee que de t'aider a embelire le magnifique site que tu detiens
en tout cas moi je prendrais avec joie l'occasion d'ecrire quelque articles sur monster ou meme sur l'avancée de billy bat
#9250 par 14thgunner
18 janv. 2010, 00:19
Bonne avancée dans ma relecture (tome 14) et donc du même coup dans la descente aux enfers de Tenma, de plus en plus mal physiquement et psychiquement. Il atteint probablement le fond lors de son passage en prison...

On entre aussi toujours plus en profondeur dans l'esprit extrêmement tordu et dérangé de Johann... Avec pour moi la scène la plus flippante du manga; quand Johann enlève sa perruque et que l'on voit que ce n'était pas Anna... :bouh: :shock: :shock: :shock: :bouh:

Sinon je trouve toujours des idées pour des dossiers; la dernière en date concerne les différents contes des livres d'images. J'en ai fait un topic pour discuter de leurs significations, mais après cela, un petit dossier pourra être effectué!! Et ça tapera la classe de réunir les œuvres d'Emil Sebe, auteur qui a bien évidemment existé dans la réalité... ;)

Et je continue à vous exhorter à relire ce manga, c'est un plaaaaisiiiir!! :nerd:
#9267 par mycea
20 janv. 2010, 15:43
14thgunner a écrit :Et je continue à vous exhorter à relire ce manga, c'est un plaaaaisiiiir!! :nerd:



:D T'es pénible 14th à caude de toi je vais être obligée de relire la série incessamment sous peu alors que j'ai pas le temps. Si mes cours sont mal faits, ce sera ta faute :angry:
#9275 par 14thgunner
21 janv. 2010, 23:31
Je termine ma lecture du volume 18 à l'instant...

Waow et c'est pas une claque que j'ai pris dans la gueule mais la caravane du tour de France suivie par Valérie Damidot...

Quelle fin énorme et gigantesque. Tout le passage dans la ville est grandiose. Les révélations se succèdent à grande vitesse, ça meurt, ça vit, ça tue dans tous les sens!! Bref du grand art!

Ah et parmi vous, qui se souvient du vrai nom de Robert, et de qui il est?? Je n'en avais aucun souvenir, mais c'est assez énorme aussi!!!

Et que dire de la fin selon Johann... Qui à part Urasawa aurait osé, à un moment pareil, faire intervenir l'ivrogne du coin qu'on a vu dans 10 cases à tout péter auparavant!?!?!?!?! Comment peut-il réussir un coup pareil!?!?!? C'est comme si, au milieu de l'affrontement final entre Naruto et Sasuke, le vendeur de ramen surgissait dernière Sasuke et lui tranchait la gorge avec un couteau en 2 secondes... Inimaginable, et pourtant...

Les révélations sur les vraies actions de Bonaparta, les dessous de l'expérience, Runge qui s'excuse, la mère de jumeaux etc., il y a de la densité...

Et que dire du final. La boucle est bouclée, Tenma redevient docteur, les choses évoluent, on oublie, Johann disparait comme il aurait du normalement après la première intervention... Tout cela s'est-il réellement passé finalement? Oui et non, car au moment ou tout ceux qui l'ont vécu auront disparu, cet événement deviendra imaginaire...
#9276 par MangaMonster
22 janv. 2010, 16:54
Le vrai prénom de Robert est Adolf Reinhart.

J'avoue que le dernier tome est énorme (dans les deux sens d'ailleurs car il y plus de pages que les autres tomes :D )!

Quand Johann se fait tirer dessus par un alcoolique par un alcoolique pratiquement inconnu, je trouve que ça rajoute beaucoup de réalisme car, en vrai, un grand chef de guerre peut se faire tuer par le premier troufions venue ( bon j'avoue, pas super la comparaison. :inno: ). Bah d'ailleurs c'est comme Grimmer ( :ouin: ), on ne sait pas qui c'est qui a tué. D'ailleurs en parlant de lui, je trouve que ça mort est bien mieux dans l'anime avec la musique et tout, c'est vraiment très émouvant, alors que dans le livre ça ma un peu déçu.

14thgunner a écrit :Tout cela s'est-il réellement passé finalement? Oui et non, car au moment ou tout ceux qui l'ont vécu auront disparu, cet événement deviendra imaginaire...


Je ne suis pas vraiment d'accord, ce n'est pas parce que tout le monde ta oublié, ou tout simplement tout les gens que tu as connu sont mort que tu n'as pas exister. Car si on pense comme ça, il y a pas beaucoup d'être humain qui ont existé sur terre.
D'ailleurs, dans le tome 3 de Monster, quand Tenma parle avec un "assassin", qui a tué pour Johann, cet homme dit qu'on peut effacer une vie entière. Et là, Tenma dit exactement: "On peut essayer d'oublier certaines choses mais on ne peut pas effacer!".
C'est exactement comme Johann: tout le monde l'aura oublié, mais il ne sera pas "effacé" pour autant.
#9277 par mycea
23 janv. 2010, 19:54
relu les 4 premiers tomes :D


14thgunner a écrit :- Durant les 3-4 premiers volumes, il est quasiment évident pour le lecteur averti que Johann n'existe QUE dans la tête de Tenma. Il est également amusant de remarquer que cette hypothèse disparait dès lors que Runge et d'autres commencent à l'énoncer... :nerd:
Cela demande une maitrise du récit incroyable!


Je n'arrive pas à être d'accord avec toi pour la bonne et simple raison que je ne le ressens pas en tant que lecteur.

La focalisation interne dans le personnage de Tenma nous pousse au contraire à penser qu'il est innocent et que si toutes les preuves concordent à son encontre, c'est un gros manque de chance ou une diabolique manipulation.

Néanmoins, et cela est certain, le lecteur peut s'interroger au moment où Tenma est propulsé directeur de je sais plus quoi : la situation tourne de manière trop évidente à son avantage, on voit ensuite que Runge le soupçonne et on peut à ce moment lire a posteriori les premiers chapitres sous l'angle d'une double personnalité. Mais sincèrement, la gestion du récit est faite de telle sort qu'on adhère au point de vue de Tenma, à son innocence.
Ce qui est intéressant, c'est que le doute s'immisce imperceptiblement au fil des chapitres... mais lorsque Tenma rencontre johann 9 ans plus tard et que ce drenier tue son patient sous ses yeux, il devient difficile de continuer à considérer cette thèse. Certes, ce peut être un Johan imaginé par Tenma. Mais dans cette scène de rencontre ils ne sont pas seuls tous les deux : habituellement, lorsqu'il y a dédoublement, soit les personnages se retrouvent en tête à tête et il n'y a pas de témoin, soit ils sont dans une foule qui ne prête pas attention à eux (ou à l'un des deux, celui qui est imaginaire) - ce qui n'est pas le cas ici. La présence d'un tiers qui perçoit les deux êtres potentiellement identiques infirme notre thèse, indubitablement.


Ensuite - et pour aller aussi dans ton sens - ce que l'on apprend dans cette scène est symbolique du lien qui les unit : Tenma est le père du monstre (et donc une forme de double) et il est aussi celui qui en souhaitant la mort de ses supérieurs, les a tué : il a ainsi formé, ce faisant, un pacte avec le diable. Il faut savoir que ce genre de situation est un classique de la littérature fantastique : vous souhaitez tout bas la mort de qqn, et cela arrive car une créature a exécuté votre ordre. Mais vous êtes ensuite lié à elle...

Dans cette scène Tenma se révèle donc le monstre qui a redonné vie au monstre (à l'image d'un Frankenstein moderne) et le monstre qui a tué le père de sa fiancée pour recouvrer sa gloire (même inconsciemment).
#9288 par memorisateur
26 janv. 2010, 18:53
MangaMonster a écrit :
Je ne suis pas vraiment d'accord, ce n'est pas parce que tout le monde ta oublié, ou tout simplement tout les gens que tu as connu sont mort que tu n'as pas exister. Car si on pense comme ça, il y a pas beaucoup d'être humain qui ont existé sur terre.
D'ailleurs, dans le tome 3 de Monster, quand Tenma parle avec un "assassin", qui a tué pour Johann, cet homme dit qu'on peut effacer une vie entière. Et là, Tenma dit exactement: "On peut essayer d'oublier certaines choses mais on ne peut pas effacer!".
C'est exactement comme Johann: tout le monde l'aura oublié, mais il ne sera pas "effacé" pour autant.

sa c'est bien dit! :)

et j'avous ne jamais avoir fait le rapport avec le pacte du diable, meme si je ne pense pas que l'auteur est pensé à ça en écrivant l'histoire.
Dernière édition par memorisateur le 28 déc. 2011, 20:30, édité 1 fois.
#26963 par BIG Poppa
27 nov. 2011, 03:53
Ca m'a donner envie de la relire cette grosse tuerie de serie
#28504 par TypeX
23 mars 2012, 08:08
Je confirme que de relire ce manga est très important ... Pas mal de détails m'ont échappé à la première lecture (ensuite je me suis remit les animes que j'avais acheté en DvD par la même occasion)...

Et c'est aussi mon manga préféré.

D'ailleurs une 3ème lecture ne me ferait pas de mal mais pour le moment j'ai prété mes 18 tomes à un amis qui ne connait pas Monster.

PS: J'ai même reussi à convertir un collègue de boulot "anti-manga" au manga en lui prétant les animes.
#36156 par Wang Tianjun
25 févr. 2015, 08:31
Je ressors un topic des lymbes, mais il est totalement approprié !

Voilà, sous pression de Drucci, j'ai fini par relire Monster, quasiment d'une traite.

Comme je le disais sur un autre topic, ce qui est saisissant, par rapport à la bibliographie d'Urasawa, c'est l'efficacité narrative de la série. Le début est très linéaire, par la suite es évènements peuvent s'éloigner de Tenma mais finissent toujours par s'y relier d'une manière ou d'une autre. Il y a juste certains moment où Tenma semble sortir de nulle part au bon moment (lorsque Leichweinn pleure sur la tombe de Brown, et quand il croise Ian Suk devant les "Trois Grenouilles").

Mais surtout, alors que 20th et Billy Bat nous perdent dans leurs sauts temporels à outrance, Monster nous fait suivre les évènements de manière chronologique. Les flashbacks existent, mais ils sont pour la plupart lié à une personne qui évoque ses souvenirs dans le "présent". Et du coup, la série gagne beaucoup plus en efficacité.

J'ai aussi observé un canevas cyclique dans la construction de certains personnages : Brown, Verdeman et Martin (et d'autres doivent aussi en faire partie, mais ce sont les trois plus évidents). Ils sont tous les trois porteurs d'une douleur passée contre laquelle ils se battent, et alors qu'ils semblent sur le chemin de la guérion, un "démon" vient gratter plus profondément dans leurs ténèbres.
Spoiler : :
- Johann sait que Brown n'était pas ivre quand il a commis sa bavure
- Robert sait que le père de Verdeman n'était pas innocent
- Sievernich parle à Martin de sa mère qu'il a abandonnée dans le froid


Urasawa sait heureusement varier les situations et les effets pour que l'ossature ne soit pas trop visible, mais cette redondance appuie le fait que le Monstre est en chacun de nous, comme peut le dire Rudy Gillen à sa première apparition.

Avec mon expérience de lecteur, j'ai aussi compris que le Docteur Leichwein était un pur emprunt au personnage d'Hige Oyaji/Shunsaku Ban de Tezuka, ce qui rend encore plus explicite le renvoi d'ascenseur dans Pluto. Leichwein a cette bonhommie qui peut le rendre comique par moments. Mais il a aussi une position centrale de soutien : il a tout de même été un appui pour la plupart des protagonistes "gentils", ce qui le rend aussi omniprésent que "l'oncle moustache" chez Tezuka. Enfin, il y a cette scène où il se fait agresser derrière un bar et qu'il se débarrasse sans mal de ses opposants, à mains nues (tome 7 - chapitre 7). On y apprend au passage qu'il a suivi un entrainement à la police des frontières. Cette information ne servira plus jamais dans l'intrigue, mais on est surpris d'une telle vivacité alors que Leichwein ne nous est toujours apparu que par sa bonhommie. C'est l'une des marques de fabrique du personnage chez Tezuka (je vous renvoie au wiki anglais, notamment la dernière phrase du paragraphe).

La fin est peut-être l'élément où mon avis a le plus différé, dix ans plus tard. Lors de la découverte de l'oeuvre (en anime, puis en manga), j'étais déçu de la tournure de ce climax, qui nous emmenait dans un village paumé et nous faisant apparaître de nouveaux personnages dont on se fout (le couple qui a gagné au loto, quoi...). Finalement, ce choix est justifié scénaristiquement (c'est le village de naissance de Bonaparta) et narrativement (quitte à disparaître, Johann ne veut pas en finir dans un lieu trop exposé). Je regrette quand même que certains passages soient un peu précipités (notamment les parties concernant Runge et... Grimmer :cry: ), mais la symbolique finale est très forte. Le coup de feu final est une échappatoire assez facile (mais Urasawa nous en fera d'autres par la suite :nerd: ), mais la "scène d'apocalypse" pouvait-elle finir autrement ? Qu'aurions-nous pensé si Johann s'était enfui une fois de plus, ou si Tenma avait pressé sur la détente ? (Oh, il y a peut-être des choses à écrire là-dessus ^^)

Concernant l'épilogue,... je vais faire remonter un autre sujet ! :D
#36169 par Drucci
03 mars 2015, 21:41
Wang Tianjun a écrit :Voilà, sous pression de Drucci, j'ai fini par relire Monster, quasiment d'une traite.


La pression, carrément? :nerd: (mais du coup je l'ai à mon tour vu que j'ai fait une longue pause dans mon revisionnage de l'anime...)

Wang Tianjun a écrit :Comme je le disais sur un autre topic, ce qui est saisissant, par rapport à la bibliographie d'Urasawa, c'est l'efficacité narrative de la série. Le début est très linéaire, par la suite es évènements peuvent s'éloigner de Tenma mais finissent toujours par s'y relier d'une manière ou d'une autre. Il y a juste certains moment où Tenma semble sortir de nulle part au bon moment (lorsque Leichweinn pleure sur la tombe de Brown, et quand il croise Ian Suk devant les "Trois Grenouilles").

Mais surtout, alors que 20th et Billy Bat nous perdent dans leurs sauts temporels à outrance, Monster nous fait suivre les évènements de manière chronologique. Les flashbacks existent, mais ils sont pour la plupart lié à une personne qui évoque ses souvenirs dans le "présent". Et du coup, la série gagne beaucoup plus en efficacité.


Et c'est pour ça que je prends toujours plus de plaisir à relire Monster régulièrement, je pense : c'est efficace, assez linéaire, oui, mais très bien mené de bout en bout donc on est pris dans l'intrigue à chaque fois.

Wang Tianjun a écrit :La fin est peut-être l'élément où mon avis a le plus différé, dix ans plus tard. Lors de la découverte de l'oeuvre (en anime, puis en manga), j'étais déçu de la tournure de ce climax, qui nous emmenait dans un village paumé et nous faisant apparaître de nouveaux personnages dont on se fout (le couple qui a gagné au loto, quoi...). Finalement, ce choix est justifié scénaristiquement (c'est le village de naissance de Bonaparta) et narrativement (quitte à disparaître, Johann ne veut pas en finir dans un lieu trop exposé). Je regrette quand même que certains passages soient un peu précipités (notamment les parties concernant Runge et... Grimmer :cry: ), mais la symbolique finale est très forte. Le coup de feu final est une échappatoire assez facile (mais Urasawa nous en fera d'autres par la suite :nerd: ), mais la "scène d'apocalypse" pouvait-elle finir autrement ? Qu'aurions-nous pensé si Johann s'était enfui une fois de plus, ou si Tenma avait pressé sur la détente ? (Oh, il y a peut-être des choses à écrire là-dessus ^^)


Moi, mon avis n'a jamais différé : j'ai été scotché par cette fin à ma première lecture et je la trouve toujours aussi géniale des années après. Là encore, c'est impressionnant de voir à quel point tout est maîtrisé, comme chaque personnage a un rôle bien précis dans un engrenage infernal. Et puis la montée de la tension au fil des chapitres est juste énorme, sans compter qu'on retrouve tous les personnages centraux dans le même petit village paumé (un cadre parfait pour le final) et que rien ne paraît gros ou forcé!

Tant que c'est frais dans ton esprit, tu devrais lire le roman Bazaar, de Stephen King, sur lequel tout l'arc Ruhenheim est calqué : c'est très intéressant, surtout que t'es friand de comparatifs!