#31237 par Drucci
02 mars 2013, 23:47
Image

Dans le cadre du Tokyo International Literary Festival, qui a ouvert ses portes vendredi, Naoki Urasawa interviendra demain, jour de clôture, pendant une heure, à l'université Waseda.

On n'a pas plus de renseignements sur la nature de son intervention, si ce n'est qu'elle consistera en une discussion avec Junot Diaz sur le sujet « Monsters under our desks » ("les monstres sous nos bureaux"), un auteur américain qui a gagné le Prix Pulitzer en 2008 et clamé son amour pour Monster dans le Time en 2008.

TokyoLitFest a écrit :TOKYOLITFEST x Waseda University, Part 0
11:00 – 12:00
(Doors open at 10:30)
Monsters under Our Desks
Conversation
Junot Díaz and Naoki Urasawa
Moderator: To Enjo
(Simultaneous interpretation provided)
#31254 par Arale
03 mars 2013, 20:38
Dire qu'il y a quelques années le manga était considéré comme une lecture abrutissante (même si c'est encore le cas pour quelques personnes :()... C'est vraiment génial de voir des auteurs étrangers (et primé de surcroit) venir à ce genre d'intervention :merci:
#31269 par Drucci
04 mars 2013, 23:18
Arale a écrit :Dire qu'il y a quelques années le manga était considéré comme une lecture abrutissante (même si c'est encore le cas pour quelques personnes :()... C'est vraiment génial de voir des auteurs étrangers (et primé de surcroit) venir à ce genre d'intervention :merci:


D'autant que je n'ai cité que Diaz, mais les auteurs étrangers étaient très nombreux à venir au salon (mais pas seulement autour du manga, plutôt dans la littérature).

Sur Twitter, on trouve quelques infos sur la discussion Diaz/Urasawa : "Urasawa pense que son rôle est de relier le passé et le présent. Le passé est toujours vivant. (sur Billy Bat et [l'incident] Shimoyama)"


Et cette photo :

#31271 par March
05 mars 2013, 15:42
<français>
Je déclare la discussion entre J. Diaz et Urasawa le 3 Mars.
La discussion a été très court pour seulement 1 heure.

J.Diaz dit que ses parents avaient peur de voir une image du dictateur dans son enfance.
Si il n'a pas écrit à propos de cette mémoire, les jeunes générations ne peuvent pas comprendre au sujet de leurs parents.

Urasawa a été souvent demandé qu'il a été influencé par une culture étrangère. Mais il a dit qu'il n'était pas.

Compagnie de cinéma américaine a proposé de faire un film de "20th Century Boys".
Mais Urasawa a rejeté l'offre parce qu'il pense l'Amérique était la centure du monde dans les années 1960,
et ce manga est d'environ Japon (le côté extérieur de l'Amérique) en 1960.
Alors il pense qu'ils ne peuvent pas faire bon film de "20th Century Boys".

En 1960, les jeunes a été dit que penser à l'avenir.
Mais l'avenir est pensé comme chose effrayante pour la jeune génération aux Etats-Unis. Le Japon est aussi la même situation.
Il est maintenant temps de Dystopia nommé utopie.
Kenji (le personnage de "Boys" cetury 20e) pourrait réfléchir à l'avenir, et aussi il peut vivre dans le présent.
Il a capturé une fois à trois dimensions.

Urasawa se sentait comme s'il fondu quand il a vu les lignes tracées par Osamu Tezuka et Katsuhiro Otomo (AKIRA).
Puis il a voulu tracer des lignes comme les leurs, et il voudrait être le artist de manga.

<english>

I report discussion between J. Diaz et Urasawa on March 3rd.
The discusiion was very short for only 1 hour.

J.Diaz said that his parents were scared to see a picture of the dictator in his childhood.
If he did not write about this memory, the young generations can not understand about their parents.

Urasawa was often asked that he was influenced by a foreign culture, but actually he wasn't.

American movie company offered to make a movie of "20th Century Boys".
But Urasawa rejected the offer because he thinks America was the centure of the world in 1960's,
and this manga is about Japan (the outer side of America) in 1960's.
So he thinks they can't make good movie of "20th Century Boys".

In 1960's, young people was said that think about the future.
But the future is thought as frightening thing for the younger generation in the United States.
Japan is also the same situation.
Now is the time of Dystopia named Utopia.
Kenji (the character of "20th cetury Boys") could think about the future, and also he can live in the present. He captured a three-dimensional time.

Urasawa felt like he melted when he saw the lines drawn by Osamu Tezuka and Katsuhiro Otomo(AKIRA).
Then he wanted to draw lines like theirs, and he would like to be a manga artist.
#31272 par Arale
05 mars 2013, 17:46
En effet c'était pas très long pour une discussion d'une heure :/

March a écrit :Urasawa felt like he melted when he saw the lines drawn by Osamu Tezuka and Katsuhiro Otomo(AKIRA).
Then he wanted to draw lines like theirs, and he would like to be a manga artist.

Je savais qu'il avait été influencé par Tezuka (et ça se retrouve pas mal dans ses oeuvres) mais je pensais pas qu'Otomo aussi l'avait marqué.

En tout cas merci beaucoup pour le débrief March :merci:
#31277 par Drucci
05 mars 2013, 20:24
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de résumer la rencontre et de faire la traduction en français et en anglais!

C'est particulièrement intéressant d'apprendre qu'Urasawa a refusé une adaptation américaine de 20th Century Boys, je me demande ce que ça aurait donné! Sa position se défend en tout cas.
#31288 par Rodrinho
05 mars 2013, 22:34
Arale a écrit :Je savais qu'il avait été influencé par Tezuka (et ça se retrouve pas mal dans ses oeuvres) mais je pensais pas qu'Otomo aussi l'avait marqué.


Ça se voit énormement dans ses premières oeuvres (les visages surtout) : le héros de Pineapple Army fait vraiment très Otomo. Ça se voit moins par la suite quand il trouve son propre style, mais ça reste présent.
#31309 par BigFire
08 mars 2013, 16:36
Pour Otomo, il suffit de lire son recueil d'histoires courtes, c'est plus que flagrant tant au niveau des thèmes, de la narration et du style graphique.
#31311 par Arale
08 mars 2013, 17:42
Je n'ai malheureusement pas lu son recueil d'histoires courtes et Pineapple Army.
Mais que ce soit dans 20th CB, Monster ou Billy Bat je n'y trouve pas vraiment de ressemblance (je suis myope mais quand même :inno:). J'ai jeté un coup d’œil à des planches anglaises de Pineapple Army et, en effet, là il y a vraiment un air Otomo. C'est vachement accentué du fait qu'il n'y ait pas de personnages féminins (du moins dans les quelques extraits que j'ai regardé). Pour les Histoires Courtes faudra que je regarde.
#31555 par Drucci
25 mars 2013, 18:54
Le site nippon.com a publié un article sur Junot Diaz lors de ses différentes interventions au Tokyo International Literary Festival, dans lequel il parle d'Urasawa.

On peut surtout y voir une vidéo d'Urasawa en train de dessiner le portrait de Diaz après leur conférence :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=arRyQlwhZ6A&feature=player_detailpage[/youtube]