#37815 par heiji
27 août 2018, 00:13
Le numéro daté de novembre du magazine Monthly! Spirits (Shogakukan) sera un numéro consacré au mangaka Naoki URASAWA (Billy Bat, Mujirushi - Le Signe des Rêves).

#37816 par Wang Tianjun
27 août 2018, 10:09
Merci pour toutes ces informations ! Je vais en faire une news pour le site (en te sourçant bien entendu) !

J'avoue que je suis tenté de me le prendre en import... juste pour le calendrier ! :D
#37817 par Wang Tianjun
27 août 2018, 10:49
Donc apparemment le one-shot portera bien sur le chanteur Kenji Endô, celui qui a vraiment existé, et non sur le personnage fictif inventé par Urasawa.

D'ailleurs, en faisant mes recherches sur le vrai Kenji Endô, je suis tombé là-dessus !

Image
#37849 par Wang Tianjun
23 sept. 2018, 06:51
Nouvelle-image du one-shot, dans le magazine qui sortira la semaine prochaine au Japon. Enfin, c'est la même image mais en original :nerd:

#37852 par Wang Tianjun
26 sept. 2018, 08:55
Waaaaah, Urasawa s'est lâché niveau sensualité ! :love:

Merci pour toutes ces images ! :)
#37853 par Raimaru
26 sept. 2018, 17:38
Je suppose que ça va être la croix à la bannière pour l'obtenir :ouin:
#37869 par Wang Tianjun
05 oct. 2018, 14:17
Alors, grâce à l'ami Drucci, j'ai pu me délecter du one-shot "It's a beautiful day" aujourd'hui... bon, même si je lis pas un mot de japonais ! :D

C'est néanmoins assez compréhensible : comme prévu, le chapitre met en scène le véritable Kenji Endou, ainsi que quelques-uns de ses amis musiciens de la même époque : Yasui Inoue, Wataru Takeda et les membres du groupe GARO (rien à voir avec le magazine... enfin, je suppose).

Il s'agit d'une petite scène de tranche-de-vie. Peut-être s'agit-il d'une histoire vraiment vécue, que Kenji Endou a raconté à Urasawa ? Je ne fais que supputer, sans traduction. A première vue, la scène n'est pas daté, mais cela doit se dérouler dans leur jeunesse.

Voici le résumé :
Spoiler : :
Après une soirée de concert, la "bande à Kenji" se rend dans un restaurant et finissent bien éméchés. Ils passent devant un club de strip-tease un peu miteux, et décident d'y rentrer. Ils s'installent et une danseuse commence à faire son numéro, d'abord avec une nuisette puis entièrement nue, avec un serpent autour du cou. Yasui détale à la vue du serpent, ce qui amuse ses camarades. Mais ces derniers sont tout aussi effrayés quand le serpent se rapproche d'eux !

Le lendemain matin (enfin, un matin), Kenji, Yasui et Wataru marchent au bord d'un canal. Pour une raison que j'ignore, Yasui et Wataru se défient au 100 mètres, et les trois éclatent de rire. C'est alors qu'ils voient de l'autre côté du canal la danseuse qui leur avait fait un numéro la veille. Celle-ci (qui ne les voit pas) pousse un landau avec une mine assez triste. Les trois amis restent en contemplation devant la fragilité de la jeune femme. Cette scène leur évoque l'album "It's a beautiful day" du groupe éponyme, dont on voit alors la jaquette. Et fin.


Avec le titre et la présence d'une jaquette d'album, j'ai poussé la curiosité en faisant quelques recherches. Le titre est donc une référence au groupe rock-folk-psyché de la fin des années 70, It's a Beautiful Day, et la jaquette correspond à l'album éponyme (sorti en 1969) que vous pouvez écouter ici :



Bref, c'est une petite nouvelle où il ne se passe clairement pas grand-chose. Mais rien que dans les dessins, il se dégage quelque chose d'assez nostalgique et fragile, essentiellement dans les dernières pages. Sans comprendre un mot, j'ai ressenti la fascination des personnages sur la double page de pré-conclusion. Cela me fait plaisir de voir Urasawa aborder un aspect plus contemplatif, moins "pressé".

Image