#31057 par Drucci
13 févr. 2013, 00:41
Image

Vous l'avez lu? Si c'est le cas, on n'a qu'une hâte : lire vos avis!
#31069 par Drucci
15 févr. 2013, 09:28
Au fait, je délire pas, le Brad Kinball qui apparaît dans ce volume est bien la version Urasawa-ienne de Brad Pitt?
#31070 par Wang Tianjun
15 févr. 2013, 13:36
Drucci a écrit :Au fait, je délire pas, le Brad Kinball qui apparaît dans ce volume est bien la version Urasawa-ienne de Brad Pitt?


J'aurais plutôt pensé à André Agassi (période cheveux longs), car on sent bien qu'il y a certaines inspirations de joueurs connus (Mary Pierce dans le tome précédent, Arantxa Sanchez avec l'espagnole en huitièmes,...)

Sinon, voilà ma chronique, au fait ^^"
Un tome assez inégal (surtout au point de vue sportif), mais quelle dernière partie !


Happy! 14

Personne ne croyait en elle, et pourtant, Miyuki Umino continue de gravir des marches dans le tournoi de Wimbledon ! La voici fraîchement qualifiée pour les quarts de finale où elle retrouvera une vieille connaissance : Wendy Palmer, à qui elle avait infligé une lourde défaite à l'US Open. Si son coach croit dur comme fer en sa protégée, Wendy semble avoir un peu la tête ailleurs... Il n'en faut pas plus pour que Choko Ryugasaki y mette son grain de sel !

L'ultime tournoi de la série bat son plein dans cet avant-dernier opus, faisant comme il se doit la part belle au tennis ! Si les intrigues annexes, en particulier celles liées à la mafia, continuent de rester présentes, la focale du récit reste ici braquée sur les courts. Mais comme bien souvent, Urasawa ne s'intéresse pas au sport de manière classique et, en y jetant un regard éloigné, les évolutions du score des matchs présentés sont irréalistes au possible. Pour comprendre les altération de ces chiffres, il faut comme toujours aller au fond des choses. Ici, il sera surtout question d'état d'esprit et de concentration. Un détail peut suffire à faire basculer le cours d'un match !

Après le quart face à Wendy, Miyuki se hissera vers une demi-finale face à son antithèse, Choko Ryugasaki, pour un ultime règlement de comptes ! La perfide rivale est ici poussée dans ses derniers retranchements, et si nous avions noté quelques failles, c'est tout son masque hypocrite qui se brise. La fin de volume est alors particulièrement dantesque, entre une Choko rongée par sa colère et une Miyuki en proie à l'angoisse... Les différents personnages nous livreront alors quelques grands moments de bravoure, jusqu'à un final particulièrement émouvant !

Vous cherchiez dans Happy! un manga sportif ? Malgré les apparences de ce quatorzième volume, vous avez tout faux. La vérité est ailleurs, dans le ressentiment des personnages, dans leurs soubresauts émotifs, et la balle n'est plus qu'une arme pour changer les choses une bonne fois pour toutes. Encore une fois, un très grand moment de lecture, et il ne nous reste plus qu'à nous languir jusqu'à la balle de match.
#31074 par Drucci
16 févr. 2013, 21:20
Wang Tianjun a écrit :
Drucci a écrit :Au fait, je délire pas, le Brad Kinball qui apparaît dans ce volume est bien la version Urasawa-ienne de Brad Pitt?


J'aurais plutôt pensé à André Agassi (période cheveux longs), car on sent bien qu'il y a certaines inspirations de joueurs connus (Mary Pierce dans le tome précédent, Arantxa Sanchez avec l'espagnole en huitièmes,...)


Je découvre grâce à toi qu'Agassi a eu des cheveux à une période :nerd:

Mais effectivement il lui ressemble beaucoup. Cela dit je trouve quand même qu'il a un air de Brad Pitt, dans le regard et le sourire principalement!

Pour ma part , je n'ai pas trouvé ce tome inégal, même sur le plan sportif : c'est pas dérangeant que les matchs et les renversements de situation soient irréalistes. Au contraire même, ça fait qu'aucun match n'est véritablement prévisible : Miyuki peut perdre après avoir dominé une rencontre ou gagner en étant menée assez largement, ou encore perdre quand on pense qu'elle va perdre, etc.

Le rythme de ce volume est vraiment tenu de bout en bout, on n'a aucun temps mort, et j'ai beaucoup aimé la façon dont est traité le match Choko/Miyuki, avec le renvoi à leur première rencontre et le "out" de Miyuki qui se retourne ici contre Choko.

Par contre, j'ai été un peu déçu par le sort réservé à Choko : après toutes les vacheries qu'elle fait subir à Miyuki depuis le début du manga, on n'a qu'une envie, qu'elle se fasse humilier et se prenne une taulée, mais au final le traitement que lui réserve Urasawa est plutôt "soft" ! En fait, je m'attendais tellement à voir Miyuki découvrir la véritable nature de Choko et lui mettre une raclée sous le coup de la colère que je me suis senti floué que ça n'ait pas lieu...

D'un autre côté, on a un effet de surprise et ça nous prend de court de voir Choko accepter sa défaite. Et même si elle dévoile sa véritable nature à la presse, on sent qu'elle peut changer et ça me rend curieux de savoir ce qu'Urasawa va faire du personnage à la fin du manga. Est-ce qu'il connaîtra une rédemption ou s'obstinera, malgré ses bonnes résolutions, dans sa nature mauvaise?

A part ça, ce tome est un régal sur tous les points, au niveau des rebondissements, de la mise en scène (qui a clairement atteint un autre niveau depuis le début de la série), du suspense... et surtout du graphisme. On comprend d'autant mieux les remarques d'Urasawa sur le fait qu'il n'arrivait pas à exprimer les sentiments des personnages comme il le souhaitait au début d'Happy!, mais qu'il a fini par réussir : la page où on voit le véritable visage de Choko dit tout par le dessin!

Je me trouve à attendre le dernier volume d'Happy! presque aussi impatiemment que celui de Monster en son temps...
#31077 par Simulacra
18 févr. 2013, 09:23
J'ai adoré ce tome, comme le précédent, et sans doute comme le prochain. Pour moi, Happy est dans mon top 3 des Urasawa après 20th et Monster... (mais devant Pluto et, pour l'instant, Billy Bat)

Au contraire de notre admin préféré, je n'aurais pas aimé que notre héroine découvre la vrai nature de choko. Sa nature candide est un élément clé de sa construction psychologique... renverser la vapeur en faisant devenir Miyuki "Bad Ass" de colère pour exploser Choko, ça n'aurait pas eu de sens. Et voir Choko "humilé" aurait été une solution de facilité : Choko est un personnage complexe, ce qui est intéressant, c'est justement de la voir "changer". Le fait qu'elle prenne conscience que toutes ses fourberies n'ont servie à rien, que son hypocrisie n'a pas payé, qu'elle reconnaisse que Miyuki lui était supérieure ("Pourquoi mon adversaire a gagné ? Parce qu'elle ne regardait que la balle")... c'est justement ce qui rend ce tome intéressant. Un simple happy end ou le gentil explose le méchant, ce n'est pas à la hauteur d'Urasawa. Un Happy End ou le méchant admet sa défaite et change de comportement, ça s'est classe. J'espère juste qu'Urasawa ne fera pas un retour en arrière dans le prochain tome et qu'il n'y aura pas d'intervention de choko dans le match contre la reine... qu'on ait un affrontement à arme égale, et qu'enfin, Miyiki récupère cette veste !


(car la force d'Urasawa est quand même de rendre intense et passionnant une intrigue pourtant extrèmement prévisible. Il ne fallait pas être devin pour deviner dès les premiers tomes que le manga prendrait fin à Wimbledon avec une finale contre Nikolik et une demi-finale contre Choko... et je ne pense pas me tromper en disant que notre héroine va le gagner, son Wimbledon... et devenir la première japonais à gagner ce tournoi \o/ ) (en fiction hein, parce qu'en vrai, c'est pas près d'arriver :diable: )
#31095 par Drucci
21 févr. 2013, 12:28
Simulacra a écrit :Au contraire de notre admin préféré, je n'aurais pas aimé que notre héroine découvre la vrai nature de choko. Sa nature candide est un élément clé de sa construction psychologique... renverser la vapeur en faisant devenir Miyuki "Bad Ass" de colère pour exploser Choko, ça n'aurait pas eu de sens. Et voir Choko "humilé" aurait été une solution de facilité : Choko est un personnage complexe, ce qui est intéressant, c'est justement de la voir "changer". Le fait qu'elle prenne conscience que toutes ses fourberies n'ont servie à rien, que son hypocrisie n'a pas payé, qu'elle reconnaisse que Miyuki lui était supérieure ("Pourquoi mon adversaire a gagné ? Parce qu'elle ne regardait que la balle")... c'est justement ce qui rend ce tome intéressant. Un simple happy end ou le gentil explose le méchant, ce n'est pas à la hauteur d'Urasawa. Un Happy End ou le méchant admet sa défaite et change de comportement, ça s'est classe.


C'est vrai que ça aurait été plus classique et moins intéressant du point de vue d'un possible changement chez Choko mais je trouve quand même dommage que Miyuki ne découvre jamais la véritable nature de Choko. C'est d'ailleurs quelque chose de récurrent chez Urasawa, l'idée d'un héros qui semble trop gentil/niais (comme Tenma) mais qui finit par amener son entourage à changer alors que lui reste fidèle à sa vraie nature de bout en bout. Et ça colle bien à Miyuki (qui amène aussi Sabrina Nikolic à changer).

Disons que j'ai trouvé l'humiliation du natto dans le visage trop gentillette pour Choko après tout ce qu'elle a fait subir à Miyuki, mais bon, ça doit être mon côté rancunier :inno:
#31325 par Raimaru
08 mars 2013, 22:22
J'ai dévoré ce tome 14 ! J'aurais bien voulu faire une pause dans ma lecture pour m'en garder pour plus tard, mais une heure après l'avoir acheté, j'avais déjà consommé le produit, je n'ai pas pu m'arrêter :|

En fait, on fait tout un foin sur les retournement improbable qu'a réalisé Miyuki en gagnant des matches malgré le fait qu'elle soit au bord de la défaite... mais il me semble que c'est probable, je crois me souvenir de comment Tsonga a été éliminé par Djokovich au Roland-Garros de l'année dernière :k

Après, est-ce que ça arrive aussi souvent que dans Happy, pas sûr...

Ce que je retiendrai surtout de ce tome, c'est la capacité qu'avait déjà Urasawa à l'époque à instaurer de la tension dans une intrigue, y compris dans une comédie sportive. À la fin du match, quand Choko conteste le résultat et que Miyuki presse Choko en lui tendant la main, c'est pas un peu précurseur de ce que fera Urasawa dans Monster par exemple, dans une autre mesure ?

Maintenant, la dernière question que je me pose : avec qui Miyuki va finir ? :D

Ohtori ? Sakurada ? Kaku ? Personne ? John Travolta ?

Les paris sont ouverts. Je me mise sur personne. Ou alors sur le senpai, car je vois mal Miyuki faire un coming-out et je peux voir Sakurada

Spoiler : :
mourir en héros.


Même si ça me ferait chier :/
#31381 par Drucci
14 mars 2013, 22:07
Raimaru a écrit :Maintenant, la dernière question que je me pose : avec qui Miyuki va finir ? :D

Ohtori ? Sakurada ? Kaku ? Personne ? John Travolta ?


Ce serait un beau twist de voir Miyuki fini avec Natalie :D