#10346 par Drucci
07 avr. 2010, 11:16
Image

Le premier tome est sorti aujourd'hui, et la série débarque donc en France par la même occasion!

Je l'ai pas encore lu ni acheté mais, allez savoir pourquoi, je sens pas le même engouement que pour Pluto. :nerd:
#10366 par 14thgunner
07 avr. 2010, 16:05
Il est pas encore sorti à Lausannnnneuuhhh... :ouin:
#10402 par BigFire
08 avr. 2010, 19:17
Bon je viens de lire le premier tome d’Happy ! et je vais faire mon petit commentaire dessus.

Pour être sincère au vu du synopsis et du type de série si cela n’avait pas été Urasawa, je n’y aurai probablement pas prêté attention. On est en présence d’une comédie sportive.
Alors que dire de ce premier tome et pour le moment du ton de la série.
Il plante vraiment le décor et les relations entre les différents protagonistes principaux.
On a les petits frères et sœur turbulents, les yakuzas peu charismatiques dont un on suppose que l’un va tomber sous le charme de Miyuki, la copine sportive qui va l’aider dans son entrainement, l’ancien camarade super riche et la mère qui déteste l’héroïne etc…
On est bien loin des ambiances pesantes et angoissantes des séries de Monster à Pluto, qui feront la gloire d’Urasawa. Là c’est plutôt drôle, léger même si en prenant un peu de recul on se dit que le départ un peu glauque :
Spoiler : :
Pousser une gamine à bosser dans un lupanar.

L’intrigue avance quand même et finalement pour le moment il y a peu de sport. Je ne suis pas une fan des manga de sport et du sport en général, mais je pense qu’il en faudra un peu plus dans les tomes suivant afin de donner un peu plus d’action au tout.
La dernière scène du manga par contre donne un ton un peu plus sombre donc qui je l’espère se sentira par la suite.
Alors oui Happy ! ce n’est pas Monster, 20 Century Boys, Pluto et si les gens attendent ça ils seront bien entendu déçus. Pour ma part j’ai trouvé ce manga divertissant, frais et attendrissant sur certains aspects.
Graphiquement, c’est un cran en dessous des œuvres suivant mais c’est tout de même agréable. On sent les prémisses des œuvres qui suivront. Les personnages sont plus dans la caricature donc on n’est pas encore dans la palette d’expression que peut offrir Urasawa à ses personnage. Par contre j’adore l’expressivité de Sango.

Comme je le disais au début de mon message Happy ! n’est pas le style de manga qui m’intéresse de prime abord, et c’est surtout pour pouvoir profiter des œuvres d’Urasawa que je les pris et que je le lis.
Par contre je me dis que ce manga est peut être un bon moyen de capter l’attention des personnes surtout attirées par les mangas légers, humoristiques vers les thrillers de l’auteur.
Bref je suis curieux de lire la suite.
#10425 par effer
09 avr. 2010, 13:33
Yawara était un manga sur le judo qui semble avoir eu du succès au Japon.
C'est sans doute pour cela que Urasawa retourne à ce genre?
Wait and see... :)
#10435 par BigFire
09 avr. 2010, 19:05
effer a écrit :Yawara était un manga sur le judo qui semble avoir eu du succès au Japon.
C'est sans doute pour cela que Urasawa retourne à ce genre?
Wait and see... :)


Je pense aussi qu'Urasawa n'avait pas trop le choix. Quand on réussit dans un domaine les éditeurs, producteurs ont tendance à vouloir que les auteurs refassent la même chose qu'avant.

Sharnalk a écrit :Est ce que ce manga est il meilleur que le prince du Tennis ? :D


N'ayant jamais lu, je ne dirais rien^^
#10437 par jojo81
09 avr. 2010, 20:47
effer a écrit :Yawara était un manga sur le judo qui semble avoir eu du succès au Japon.
C'est sans doute pour cela que Urasawa retourne à ce genre?
Wait and see... :)

Regarde mieux le reportage de la NHK ;) .
#10441 par MangaMonster
10 avr. 2010, 10:19
J'ai moi aussi lu Happy! et de façon général et je suis du même avis que BigFire mais je pense que j'ai un peu moins aimé que lui. L'histoire n'est pas très original et pas très souvent drôle. Aussi, je trouve, que les moments plus "glauques" ne sont jamais vraiment traités avec sérieux, il y a toujours un peu d'humour, ce que je trouve un peu dommage.

Pour ce qui est du format du manga, c'est vraiment pas mal ( plus épais et plus grand qu'un "manga normal"), mais la qualité du papier est pas terrible ( en même temps c'est Panini).

Ce qui est intéressent pur un fan de Urasawa, c'est de voir l'évolution des dessins de Happy! à Pluto. Bien que les dessin de Happy! soit en effet bien moins bien que les autres œuvres, ils restent très acceptable.
On peut aussi trouver des encore ressemblances avec des persos de ces autres mangas, comme par exemple, le mafieux "le plus sérieux" du duo ressemble certain fois beaucoup à Kenji.

Bien que ma critique est quand même très négative, je n'ai pas pour autant détester Happy! car celui-ci reste quand même un assez bon divertissement et j'achèterai évidemment la suite.
#10444 par 14thgunner
10 avr. 2010, 18:04
Eh ben moi j'ai beaucoup aimé, tiens!!

Je viens de finir ma lecture, et c'est très agréable. Je pensais me trouver face à un manga pour jeunes, mais force est de constater que pas vraiment... On y parle de bordels toutes les deux pages, le yakuza tout moche arrête pas de dire des gros mots pas jolis...

Bref, pour moi très bonne surprise! J'attends avec impatience de voir comment notre bon vieux Noaki va traiter les chapitres consacrés uniquement aux matchs de tennis!!

Sinon, les personnages, sont, je trouve, assez attachants. J'ai envie de savoir ce qu'ils vont devenir, ou ce qu'ils ont été. Surtout pour "Kenji Yakuza", mon perso préféré pour le moment.
Ah et:
Spoiler : :
On voit tous la vieille malfaisante qui va tout faire pour empêcher l'héroïne de percer dans le tennis. Et puis pof en fait non elle décide de l'aider. Je peux dire que même si on comprend cela avant qu'elle le dise, c'est surprenant! Urasawa contourne une fois de plus les codes!!


Bon il faut dire aussi que j'apprécie les mangas et les BDs sur le sport. C'est depuis que je suis petit un de mes thèmes favoris, alors bon.

Mais quand même, pour moi c'est un très bon titre, et je me réjoui de lire la suite. Je peux encore ajouter que l'édition deluxe est agréable, avec ses pages couleurs. Mais le tome est quand même long à lire je trouve. Personnellement, j'ai du faire des pauses... Mais bon, pour du Panini, c'est bien!
#10465 par Drucci
11 avr. 2010, 14:48
J'ai enfin trouvé le temps de lire Happy! et j'ai beaucoup aimé! Comme 14th je m'attendais pas à "grand chose" et j'ai été agréablement surpris.

Déjà, les dessins sont étonamment bons je trouve. Ils sont assez inégaux dans le sens où ils ressemblent au style "débutant" d'Urasawa la plupart du temps mais y a pas mal de cases/pages où on retrouve son style plus récent et plus évolué/travaillé donc c'est assez bizarre, je m'explique pas trop ce mélange mais c'est tant mieux! Je trouve aussi que le format plus grand du manga permet de mieux apprécier les dessins.

Concernant l'histoire, le tennis reste assez secondaire pour l'instant et on découvre plein de personnages très différents, dont la plupart sont intéressants ou attachants. Effectivement on n'est pas dans un scénario à suspense ou très travaillé mais j'ai vraiment été agréablement surpris par la diversité et le nombre des persos, et la façon dont ils sont introduits pour au final tous "se rejoindre" (les deux yakuza avec l'un qui va probablement aider Miyuki au final, son sempaï, la mère Ohtoko, etc).

Bon, après, l'intrigue sportive reste classique avec la rivalité, le mentor, la jeune fille au talent fou mais totalement inconnue, etc. Mais vu toute l'intrigue autour ça passe très bien et j'ai lu ça d'une traite. Le tome est assez long mais on ne s'ennuie pas et on - enfin, c'est ce qui m'est arrivé en tout cas - s'attache aux persos principaux (Miyuki et ses frères, sa soeur notamment) et l'ambiance générale, le côté assez "frais" du manga sont vraiment prenants!

Concernant l'humour, dans l'ensemble j'ai trouvé ça sympa, pas de quoi se rouler par terre mais les gags sont pas trop pesants et plutôt bien vus. Le coup du chien appelé "John Travolta" me fait délirer. :nerd:

Bref, une très bonne surprise, et je me suis trouvé à vouloir lire la suite après avoir tourné la dernière page, qui introduit d'ailleurs un perso intrigant et assez charismatique! :imp:

Ah, et mention spéciale à l'édition de Panini d'ailleurs, je m'attendais au pire et au final l'édition est très jolie et très soignée, de la couverture plastifiée à la sous-couverture cartonnée aux pages couleur ainsi qu'à la traduction (j'ai pas relevé une seule faute ou coquille). Seul bémol : la qualité du papier, qui aura tendance à "jaunir" très vite comme les 20th mais bon, pour le reste c'est vraiment du beau boulot!
#10466 par Sharnalk
11 avr. 2010, 15:44
Qu'est ce que le clone de Kenji m'a agacé pendant 75% de ce tome. Enfin la comparaison ne tiens pas car c'est une oeuvre antérieur à 20th Century. Marrant, car il y a quelques mois, je disais que l'auteur ne faisait jamais de doublon, chaque personnage était réellement original, mais depuis Plutô (ou là c'est moins excusable), je ne cesse de trouver des ressemblances avec Monster et 20th.

Sinon, manga sympathique. J'ai bien aimé le début, mais ça devient quelques fois lourd "oh c'était moi la première pour acheter cette tenue". Et puis comment rembourser cet emprunt, finalement ça nous donne plus envie de faire du Tennis pour devenir riche, que pour la richesse de ce sport.
#10469 par BigFire
11 avr. 2010, 19:43
Sharnalk a écrit :Marrant, car il y a quelques mois, je disais que l'auteur ne faisait jamais de doublon, chaque personnage était réellement original, mais depuis Plutô (ou là c'est moins excusable), je ne cesse de trouver des ressemblances avec Monster et 20th.


Ca je pense que malheureusement tout auteur aussi bon soit-il fini par avoir ce genre de problème. Il finit par utiliser ses propres clichés, et ensuite il faut dire que pour une BD on utilise globalement toujours les mêmes personnalités et les visuels qui les correspondent.
Après ce sont les gimmicks qui font toute la différence. le parfait exemple est Runge. Le personnage est intéressant en soi, mais on peut retrouver ce genre de protagoniste un peu par tout, par contre c'est son tic qui le démarque complètement.
#10470 par 14thgunner
11 avr. 2010, 20:38
Je ne pense pas que de voir deux personnages se ressemblants pose un problème quelconque...

C'est clair que Kenji et le Yakuza ont la même tête. (quoique au niveau des paupières... ok ok je chipote... ) Mais bon voila, c'est tout. Dans la réalité, il y a aussi des gens qui se ressemblent. Dans les films, c'est bien tout le temps les mêmes acteurs, et ça ne dérange pas trop les gens, non? De plus, les deux personnages n'ont aucun points commun au niveau du caractère... Et il y a une dizaine d'année d'écart entre les deux séries...

Si on prend par exemple les aventures de Lapinot, de Trondheim, on retrouve dans chaque histoire les même personnages, mais qui ont des rôles différents, comme dans les films. Et ça ne me dérange pas du tout...

Donc pour moi avoir deux personnages qui se ressemblent, voire sont des clones, ne me dérange pas, tant que ce n'est pas dans la même série... (qui a dit Captain Tsubasa?)
#10471 par Sharnalk
12 avr. 2010, 08:18
Attention, le Yakuza qui ressemble beaucoup à Kenji m'a agacé non pas pour sa ressemblance mais pour le personnage tel qu'il nous l'est présenté. ;)
#10473 par mycea
12 avr. 2010, 13:24
Je ne brûlais pas d'envie de l'acheter mais là vous êtes en train de me faire changer d'avis !!
#10500 par Wang Tianjun
13 avr. 2010, 09:00
ça aura mis le temps, mais.... voilà mon pavé !!! :D :D :D


Happy ! 1

Suite à la disparition de ses parents, Miyuki Umino est une jeune fille de 17 ans qui s'occupe de ses deux petits frères et de sa petite sœur, en subvenant comme elle peut à leurs besoins, tandis qu'Ieyasu, aîné de la famille, revient parfois les bras chargés de cadeaux, en visant des plans de carrières utopiques. Mais un jour, ce dernier disparait après avoir contracté une dette phénoménale de 250 millions de yens ! Ses créanciers se tournent alors vers Miyuki pour récupérer leur dû, quitte à devoir la mettre sur le trottoir. C'est alors qu'elle décide de se battre et de trouver une voie plus glorieuse, en revenant à une de ses passions oubliées : le tennis !

Happy! signe le retour chez l'éditeur Panini Manga de l'illustre mangaka Naoki Urasawa, qui a décidément le vent en poupe cette année en France : la parution de l'artbook Manben et de Pluto (Kana) , la suite et fin de la trilogie cinématographique de 20th Century Boys... Mais la sortie de cette oeuvre constitue un micro-évènement en soi, puisqu'elle signe l'arrivée des séries de l'auteur antérieures à son premier best-seller mondial, Monster. En effet, Urasawa a toujours considéré ses travaux précédents comme imparfaits et inadaptés pour le public étranger. Pourquoi un tel revirement ? En outre, Happy ! a connu un destin particulier au Japon, car boudée par les premiers fans du maître : la série aura-t-elle un meilleur sort en France ?

En effet, fort de son premier grand succès, Yawara (mettant en scène une jeune judoka), Naoki Urasawa lança en 1993 cette nouvelle série, basée sur le tennis. Mais il ne voulut pas se limiter à un simple manga de sport, cherchant alors à se focaliser sur la nature humaine. Cette volonté se ressent ainsi très fortement sur ce premier tome, où il faudra attendre le quatrième chapitre pour véritablement voir quelques échanges de balle ! En lieu et place, on y trouve des yakuzas et tout un monde mafieux à base de réseaux de prostitution. Ainsi, contrairement à la plupart des récits sportifs où le héros a un talent inattendu ou une passion depuis toujours, Miyuki décide de revenir sur les courts, poussée par une volonté de survie, devant un problème insolvable. Son défi peut paraitre ambitieux, exagéré, mais sa détermination la font profondément croire en sa chance... avant que l'entourage ne se rende compte d'une évidence grandissante dans le destin de la jeune femme. On retrouve alors une héroïne idéale, sure d'elle sans être insupportable, et laisse présager des futurs Anna Liebert et Kanna Endo.

Si les thématiques abordées peuvent sembler lourdes, c'est sans compter sur la qualité de la narration qui apporte une très grande légèreté. La série joue sur un registre comique sans être humoristique, et est sublimée par une galerie de personnages hauts en couleurs, à commencer par la paire de yakuzas, Junji et Momotaro, véritables faux méchants. Le duo met la pression à la demoiselle mais ressent également beaucoup d'empathie pour elle, finissant par croire en ses chances. D'autres protagonistes loufoques viendront faire leur apparition, comme l'excentrique et non moins intraitable Utako Ohtori, gérante de la plus grande école de tennis du pays, à l'entrée en scène remarquable, mais également Choko Ryugasaki, jeune idol grandissante dans ce sport. Comme à son habitude, Urasawa dévoile une galerie de caractère fortement attachants, en nous présentant également quelques tranches de vie des plus savoureuses, notamment quand Miyuki s'occupe de sa petite fratrie. Ainsi, on rentre très rapidement dans cette vie avec des hauts et des bas, mais portée par un positivisme permanent, justifiant parfaitement le titre de l'œuvre ! Sans oublier, pour autant, des réflexions sur les relations humaines et certaines bassesses de l'Homme.

Le trait de l'auteur n'a pas tellement vieilli malgré les années. On lui retrouve un style proche de celui de Monster, avec des visages légèrement plus ronds. On pourra cependant noter que ces derniers sont parfois assez figés dans leurs expressions. En revanche, alors que le défaut majeur de l'auteur concerne les scènes d'actions, ici les échanges de tennis sont parfaitement lisibles. Panini Manga nous fait grâce ici directement de l'édition de luxe, avec un travail similaire à celle de City Hunter. On y retrouve quelques pages en couleurs, en quadrichromie ou en bichromie. Petit bémol toutefois au niveau de la qualité du papier, qui, trop fin, laisse transparaitre la page suivante par transparence. L'éditeur a également opté pour un grand format, épais, avec un certain travail sur la couverture. Un simple autocollant vient gâcher l'ouvrage, mais fort heureusement, il est facilement décollable ! La dernière bonne surprise vient du prix : à moins de dix euros les trois cents pages, on aurait tort de se priver !

Il est finalement très difficile de classer Happy ! dans une mangathèque : série sportive ? histoire mafieuse ? récit tranche-de-vie ? Naoki Urasawa nous offre ici de nombreux niveaux de lecture, en nous emmenant sur des terrains qu'on ne lui connaissait pas. On pourra alors penser à d'autres illustres auteurs, comme Mitsuru Adachi ou Tsukasa Hojo. Pour les adeptes du maître, elle permet également de comprendre le tournant majeur de sa carrière, le moment où il commença vraiment à prendre des risques et à aller vers ce qui lui tenait à cœur. Cependant, il faut aussi savoir que les contraintes éditoriales en ont voulu autrement, et recentreront l'œuvre sur son côté sportif. Mais pour l'heure, ce premier volume se révèle fortement prometteur, un véritable incontournable pour les fans de l'auteur, qui ne manqueront pas d'exprimer leur joie !
#10507 par Drucci
13 avr. 2010, 10:20
Ca c'est du pavé, mais un pavé très intéressant! :love:

Je rejoins totalement ton avis sur les dessins et surtout dans ta conclusion, sur le fait qu'il est difficile de classer Happy! dans un style de manga bien précis mais qu'au final on s'attache aux persos et à l'histoire, et qu'on a tout simplement envie de lire la suite. Encore une très bonne chronique!
#10511 par Wang Tianjun
13 avr. 2010, 10:27
Drucci a écrit :Ca c'est du pavé, mais un pavé très intéressant! :love:


Je dois d'ailleurs te remercier pour le reportage sous-titré de la NHK, où ils parlent à un moment du mauvais accueil d'Happy au Japon ! ;)
#10514 par jojo81
13 avr. 2010, 10:47
Un simple autocollant vient gâcher l'ouvrage, mais fort heureusement, il est facilement décollable !

Arrrrrg, moi j'arrive pas à l'enlevé :fury: .

La dernière bonne surprise vient du prix : à moins de dix euros les trois cents pages, on aurait tort de se priver !

chut, ne le dit pas trop fort, on sait jamais...

Sinon moi, j'ai beaucoup aimé ce premier tome (plus que Pluto, même si c'est pas trop comparable -ça fait du bien de voir des personnages qui ne font pas tout le temps la gueule-). J'ai trouvé ce mélange de genre (sportif, humouristique, dramatique) très intéressant, manque plus qu'à développé les histoires de romance.
Mais bon, comme pour 14thgunner, le sport reste un de mes thème préféré dans le manga.