#28197 par Drucci
14 févr. 2012, 19:26
Image

Officiellement il sort demain mais il est déjà dispo dans certaines librairies donc...

Je viens d'en finir la lecture, et j'ai l'impression de répéter la même chose à chaque nouveau volume mais ça pourrait bien être le meilleur paru! À chaque fois, Urasawa arrive à renouveler l'intrigue tout en tirant systématiquement sur les mêmes ficelles, c'est quand même fort de sa part de faire du neuf avec du "vieux" à chaque volume.

Les persos principaux gagnent en profondeur (surtout Sakurada), Choko montre une fois de plus qu'elle peut toujours faire pire en termes de fourberie (mais elle gagne elle aussi en profondeur), Miyuki s'affirme tout en restant naïve, et les différents rebondissements sont bien amenés, notamment celui de fin...

Certains passages sont particulièrement mémorables :

Spoiler : :
J'ai beaucoup aimé le fait que Choko commence à "changer" un peu. C'est que des moments qui doivent durer une milliseconde et elle retourne à sa vraie nature aussi sec, mais on sent qu'elle est touchée par la gentillesse de Miyuki et qu'elle commence à réaliser qu'elle-même est amoureuse de Keïchiro. Je me demande si ça ira jusqu'à un final où Choko se livre à une énorme rédemption (à la Eva dans Monster) mais les bases sont là en tout cas, je suis curieux de voir comment ça va tourner.

Je pensais pas non plus qu'Urasawa oserait faire perdre Miyuki à cause de son retard, le suspense me paraissait artificiel mais il a osé! Et finalement c'est assez logique, dans la continuité de l'histoire. Enfin ça reste original dans les manga sportifs et très bien amené!

Enfin - et là c'est sûr, je radote :nerd: - Sakurada gagne encore en charisme, j'étais à fond (limite comme une groupie :inno: ) quand il s'apprête à tenter sa chance avec Miyuki mais malheureusement il se rétracte au final... c'est clairement l'un des meilleurs persos secondaires jamais créés par Urasawa en tout cas (et les infos distillées sur son passé renforcent ce sentiment). Si on m'avait dit ça au premier volume d'Happy! j'y aurais pas cru tellement le perso méritait des baffes et était caricatural.


Bref, Happy! c'est toujours aussi génial, et même si c'est pas un thriller l'attente entre chaque nouveau tome devient aussi longue qu'à la grande époque de 20th...
#28206 par Raimaru
15 févr. 2012, 20:34
Gros + 1.

J'aurais pas cru dire ça un jour, mais Happy! est la meilleure comédie romantique que j'ai lue.

Sakurada, c'est définitivement un très grand perso, de loin mon préféré dans Happy!.

On sent quand même qu'on entre dans l'arc final, car certains personnages d'habitudes très sûrs d'eux (Choko, Thunder notamment) commencent à montrer des failles là où les sentiments des autres se précisent.

Mon seul regret ? Qu'Urasawa ne parle pas beaucoup de la France dans ses mangas alors qu'il s'est beaucoup penché sur les États-Unis, l'Allemagne et et le Royaume-Uni. Du coup, j'ai bon espoir qu'AU MOINS ici, Roland-Garros soit évoqué, puisque

Spoiler : :
Miyuki est partie pour se taper tous les grands tournois.
Après comme je suis pas du tout expert en la matière, peut-être qu'il n'existe pas de catégorie "junior féminin" à RG, mais vu qu'on parle de Wimbledon... Ca me fait penser : Miyuki participe aux tournois "normaux", "pour adultes", ou à des tournois juniors ? Soit ça n'a pas été clair là-dessus, soit je m'en souviens plus...


Par contre, pas de date pour le tome 11, et comme c'est Panini et que ça a pas dû se vendre comme un Pluto, j'ai la trouille.
#28270 par Wang Tianjun
23 févr. 2012, 22:06
Encore un tome génial, même si je lui reconnais d'énormes défauts :D

Voilà pour la critique, après on va parler spoilage ;)

Happy! 10

Contre toute attente, Miyuki parvient à vaincre Wendy et se hisse jusqu'en quarts de finale ! Cependant cet exploit reste bien discret dans les médias devant une autre affiche autrement plus attendue : Choko Ryugasaki, l'idole des courts, contre Sabrina Nikolic, la championne indétrônable ! Si elle part perdante sur le papier, la perfide star japonaise saura-t-elle jouer de ses ruses pour ne pas se laisser dépasser par notre héroïne ?

Au vu des derniers évènements, ce dixième tome était à la base très riche en promesses, entre l'annonce d'un match palpitant et l'ascension implacable de Miyuki. Et pourtant, Naoki Urasawa parvient à nous emmener vers des terrains totalement inattendus... sans pour autant décevoir ! Certes, l'entame de ce volume pourra laisser perplexe sur certains points, notamment sur la conclusion très abrupte qui sera apporté au tournoi en cours. A ce titre, l'ultime rebondissement fera rouler des yeux devant une facilité scénaristique bien utile pour l'auteur, mais c'est également l'occasion de haïr de plus belle Choko, après avoir suivi sa débâcle attendue quelques pages plus tôt...

Il faudra alors attendre le deuxième "set" pour connaitre des rebondissements meilleurs... Et c'est alors que le récit entame ce qui apparait comme la dernière ligne droite de la saga. Le tout, de la plus belle et incroyable des manières ! Alors que de nouveaux enjeux se mettent en place, le retour au Japon permet avant tout une remise en cause de la quasi-intégralité des personnages !! On retiendra avant tout l'évolution de Sakurada, déjà soulignée dans les tomes précédents, mais qui s'impose ici ni plus ni moins comme l'un des meilleurs seconds rôles créés par Urasawa, toutes séries confondues. Bien des lecteurs se reconnaitront dans son dilemme, dépeint avec une profonde justesse. Keichiro n'est pas en reste, tout comme Kaku qui retrouve une place de choix dans l'intrigue après s'être fait trop longtemps discrète, ou encore Ushiyama qui manifeste des sentiments de désespoir jamais vus encore. Le clou du spectacle sera atteint lorsque Choko elle-même manifestera des sentiments humains derrière sa figure monstrueuse ! La preuve est fait que, bien avant Monster, Urasawa savait déjà traiter avec brio tous ses personnages, et même déjà nous émouvoir avec des épisodes anecdotiques, mais tellement humains et profonds. En bonne comédie dramatique, Happy! nous fait sans cesse passer des larmes au rire, et nous inquiéter pour le sort de ces êtres de papier que l'on semble connaitre depuis toujours.

S'il fallait évaluer ce volume selon la raison, des fautes impardonnables viendraient gâcher la fête, entre l'absence récurrente de reconnaissance pour notre héroïne ou des rebondissements débordants de facilité... Et pourtant, tout cela est balayé par les émotions que nous fait ressentir toute la progression des protagonistes depuis maintenant dix tomes. La grande comédie humaine se joue sous nos yeux, et chacun pourra y retrouver une part de lui-même. Le tout, dans l'optique d'une dernière partie toujours plus palpitante. En avant, Umino !
#32823 par Valdi
18 juin 2013, 14:25
Dommage que Kiku, après avoir eu vent du véritable visage de Choko, se soit faite avoir par celle-ci...

C'est LA grosse déception de ce volume, à mes yeux.