Tout ce qui touche aux BD, manga, comics, manhwa, livres...
#26033 par MangaMonster
07 sept. 2011, 20:28
GTO - Shonan 14 days:
GTO, c'est bien un des seul manga qui m'aurai pas dérangé qu'il y ai une centaine de tomes, c'est donc à bras ouvert que j'attendais cette sorte de spin-off ( même si on peut interpréter le retour de cette série pour un gros manque d'inspiration de Fujisawa.).
Après avoir fini le tome 1, je dois avouer que c'est une mini-déception. Tout d'abord, parce que je n'ai tout simplement pas énormément ris, mais aussi, parce que je trouve que Onizuka est assez idéalisé. En effet, dans ce tome son coté "boulet, looser et anti-héros" ressort moins pour laissé place a un héros plus classique qui défend les bonnes causes morales. Mais ne vous inquiétez pas pour autant, ça reste drôle et notre puceau préféré à quand même le droit à son lot de gaffes. D'ailleurs rien que la raison pour laquel onizuka doit "s'exiler" à Shonan pour 14 jours est assez tordante tellement c'est débile! :D
Aussi, quand je lisais GTO, je ne comprenais pas certaines références qui n'étaient tout simplement pas de ma génération, alors que maintenant les références de Shonan 14 days, qui est assez récent, sont plus approprié pour des ados d'aujourd'hui.

Bref, je suis un peu déçu, mais j'ai quand même bien aimé, et j'attends la suite avec impatience.
Aussi, j'espère que comme le manga se passe à Shonan, on reverra des persos de Young GTO dans les tomes a venir.
#26035 par MangaMonster
07 sept. 2011, 20:52
Il ne faut pas non plus condamné Shonan 14 days, disons que le tome 1 est du niveau d'un mauvais tome de GTO, il est donc bien possible que les tomes suivant soient très bon ( ou très mauvais).


Dans GTO, il y a 90% de partie "social/humour/tranche de vie" et 10% de partie "baston". Dans Young GTO, c'est l'inverse, et c'est pour moi un très gros défaut. Parce que perso, ce que j'aime dans GTO (et comme beaucoup je pense), c'est l'humour, les persos et leurs relations, le paradoxe "super-héros looser" qu'est Onizuka... Alors que dans Young GTO, il n'y a pratiquement que de la baston, mais il y a aussi des moments "social/humour/tranche de vie" vraiment génial, presque autant que dans GTO, mais malheureusement très très rarement. Donc non, je ne te le conseil pas, surtout qu'il y a quand même pas mal de tomes.

Bon par contre après il y a un aspect assez intéressent pour le fan-boy qui est de suivre la jeunesse d'Onizuka (et de comprendre certain référence dans GTO) et de voir les dessins de Fujisawa évoluer au fil des tomes qui sont au départ très très moyens, pour arrivé à son style que nous connaissons actuellement.
#26036 par jojo81
07 sept. 2011, 21:36
Thanks. L'aspect baston peut m'intéresser mais si, comme tu dis, ce qui fait le succès de GTO est mis de côté, c'est dommage. Par contre j'aimerai bien en savoir plus sur la jeunesse d'Onizuka; Et puis j'ai survécu aux Rose Hip :D

Si je trouve l'intégrale pour pas bien cher, je me la prendrai surement, sinon tant pis.
#26037 par Wang Tianjun
07 sept. 2011, 21:46
jojo81 a écrit :Si je trouve l'intégrale pour pas bien cher, je me la prendrai surement, sinon tant pis.

Ah ben non, faut renflouer les caisses de Pika en achetant en neuf, sinon c'est pas du jeu ! :D
et on aura pas les autres séries à un rythme plus normal... :ouin:


:fouet: :fouet: :fouet:
#26041 par Wang Tianjun
07 sept. 2011, 22:33
jojo81 a écrit : J'ai tellement de séries en cours chez Pika... :(


Mais non, ne dis pas ça, il faut garder espoir !! :imp:
Spoiler : :
C'est vrai, elles peuvent passer en arrêt de commercialisation du jour au lendemain... :inno:
#26054 par Alehas
08 sept. 2011, 17:05
Et Loool j'avais pas remarqué la censure dégueulasse de la clope de Onizuka!

Enflure de Pika sérieux...

Image

Image
#26055 par Drucci
08 sept. 2011, 18:57
Je pensais pas qu'en 2011 on en serait encore à censurer les clopes sur un personnage de fiction... c'est dingue. :|
#26056 par Raimaru
08 sept. 2011, 19:15
D'autant plus que j'ai lu dans Animeland que la loi machin sur la censure ne s'applique pas pour les œuvres étrangères (ce qui explique pourquoi on a déjà vu des clopes sur d'autres mangas auparavant). Donc, c'est le choix de Pika :|

Et encore, ça serait plus acceptable s'il ne restait pas de la fumée derrière après censure :D
#26057 par jojo81
08 sept. 2011, 19:34
La loi Evin ne s'applique pas à la bande dessinée, donc oui c'est le choix de Pika.
Par contre concernant la pub, ça aurait pu poser un problème. Ils n'ont en effet pas le droit de diffuser des affiches de pub un peu partout avec un personnage qui fume. Mais pour faire leur pub ils auraient pu prendre une illustration où Onizuka ne fume pas...

Chapeau au graphiste quand même :incline:
#26061 par Rodrinho
09 sept. 2011, 00:40
Drucci a écrit :Je pensais pas qu'en 2011 on en serait encore à censurer les clopes sur un personnage de fiction... c'est dingue. :|

Bah, y a un an ou deux, y a des gars qui ont salopé une expo sur Jacques Tati parce que sur une affiche il fume la pipe. Il me semble même qu'il voulait retaper tout le film pour ça, alors là, tant que ça se limite à la couv', ça peut passer. C'est pas comme si c'était le pire affront de pika envers un manga...
#26088 par jojo81
10 sept. 2011, 21:42
GTO - Shonan 14 Days Tome 1:

A ma grande surprise j'ai beaucoup aimé ce premier tome, je l'ai même trouvé un poil supérieur à l'après Okinawa (parties de GTO que j'ai les moins apprécié).

C'est donc avec appréhension que j'ai commencé la série, faut dire qu'après GTO, Toru Fujisawa n'a pas brillé. Mais retrouver un Onizuka en pleine forme (ou pas) est un immense plaisir. J'ai trouvé les nouveaux personnages vraiment attachants, notamment la courge qui se taille les veines toutes les cinq minutes, et le gars avec ses jeux vidéo.

L'humour de la série est toujours présent, j'ai ri du début à la fin du tome. Les gags s'enchainent au long du tome avec Onizuka au centre. Le prof le plus célèbre du manga est toujours aussi drôle, c'était là la principale interrogation du manga me concernant.

Alors oui, les références ne collent pas vraiment à l'époque, mais au moins elles sont accessibles aux plus jeunes lecteurs. Haruhi ou Death Note parlent mieux que Doraemon, Ken et Chrono Trigger à mon avis. Et puis l'auteur fait des références à l'époque à laquelle il écrit, je ne trouve pas ça vraiment mal. En plus voir une référence à Haruhi Suzumiya tend à faire de moi un homme heureux :D

Après le gros problème du manga sont que certaines situations sont improbables. C'était déjà le cas dans les derniers tomes de GTO, mais là c'est vraiment trop. C'est qu'elle est agaçante l'autre nunuche avec son téléphone portable. Toujours à appeler son papa policier et ses racailles de potes (quand elle n'appelle pas tous les tueurs à gage du Japon pour faire la peau à Onizuka).
#26097 par Typhoon Swell
11 sept. 2011, 13:18
Katsuhiro Otomo Anthology
Je ne suis guère un mordu de science-fiction. J'ai toujours eu du mal à m'insérer pleinement dans un univers qui n'est pas le notre. Mais le statut de légende vivante du manga de Katsuhiro Ôtomo m'avait poussé à acheter pour ce recueil d'histoires. Il faut dire qu'un premier point est favorable à cet ouvrage : l'édition. On sent tout de suite qu'elle est de grande qualité, que ce soit pour le papier, pour la couverture cartonnée ou pour les pages couleurs soigneusement retranscrites. Maintenant, il restait une chose pour que je sois totalement convaincu par ces 18 € : le contenu. Et le constat est frappant : j'ai adoré! Tout d'abord, je suis fan de ce type de recueils d'histoires courtes. Rares sont les séries longues qui m'ont captivé de A à Z. Ici, on lit un chapitre quand on veut, dans l'ordre qu'on veut, sans avoir à se remémorer les faits précédents. Les intrigues présentent souvent des aspects drôles et intéressantes de par la situation politique ou la géolocalisation proposée par Ôtomo, et au final, les dénouements sont toujours assez plaisants. J'ai étalé ma lecture sur une semaine, et c'est très sympathique de voir ce qu'était ce mangaka à ses débuts, à l'époque où il naviguait de magazines en magazines, d'histoires en histoires... et de planètes en planètes. L'univers fictif garde des traits caractéristiques de notre époque, et c'est ce qui rend le tout agréable.

Pour finir, je citerais HAIR (1979) qui fut de loin mon histoire courte favorite de l'ouvrage! On y évoque des groupes de rock à l'époque même où Ôtomo écrivait ces petits récits : Led Zeppelin, les Stones, Deep Purple, les Sex Pistols, etc. Une histoire très marrante, qui m'a encore plus plu que les autres. À présent, je suis enragé de voir que Dômu du même auteur est en rupture de stock totale, moi qui ne peu m'acheter des tomes d'occasion...
#26101 par effer
11 sept. 2011, 17:36
Ce qui est dommage c'est que les autres histoires courtes D'Otomo n'est pas été publiées, notamment Sayonara Nippon qui raconte, par courts chapitres les mésaventures d'un Karateka japonais qui a ouvert un petit dojo en plein dans le Bronx, c'est inénarrable et tellement drôle! :)
Dernière édition par effer le 26 sept. 2011, 15:25, édité 1 fois.
#26241 par Wang Tianjun
25 sept. 2011, 19:29
Mon gros coup de coeur de la rentrée côté nouveautés va àShinjuku Fever, manga sur la culture oendan et une immersion dans le quartier de Shinjuku.
Vu que la série n'a pas l'air de démarrer très fort côté ventes et popularité, je vous incite à y jeter un oeil au travers de ma chronique ;)


Image

SHINJUKU FEVER

Fiche technique :
  • Auteure : Mitsurou Kubo
  • VO : 337 Byooshi : Edité chez Kodansha, 10 tomes (terminé)
  • VF : Edité chez Akata/Delcourt, 1 tome (en cours)
  • Fiche du titre sur MN


Tome 1 :
Dans une petite ville de province, l’équipe de base-ball du lycée est en train d’essuyer une nouvelle défaite cuisante. Alors que la débâcle n’est guère passionnante, un seul cri s’élève dans le stade pour les soutenir : la voix de Fuku, membre unique du club de supporters, s’égosillant envers et contre tout. C’est alors que surgit Ume, son ancien mentor, vivant actuellement à la capitale où il semble avoir fait fortune… Quelques jours plus tard, Fuku profite de ses vacances d’été pour partir suivre une formation à Tokyo et atterrit à Shinjuku. Le jeune lycéen ne s’attendait pas à une telle effervescence dans ce quartier délirant… ni à y croiser son ancien chef ! Sera-t-il emporté à son tour par la fièvre de Shinjuku ?

La culture oendan d’un côté, le quartier de Shinjuku de l’autre : un cocktail improbable ? Et pourtant, Mitsurou Kubo l’a fait avec Shinjuku Fever, nouveau titre aux éditions Akata/Delcourt ! Au vu d’un tel mélange, mais aussi des choix atypiques de l’éditeur en terme de shonen, il y a fort à parier que nous avons dans les mains une nouvelle trouvaille particulièrement barrée. Et c’est le cas ! Mais avant de s’y plonger, un petit rappel s’impose sur la culture oendan : ces supporters, d’avantage ancrés dans les compétition lycéennes, se distinguent par le caractère très viril de leurs chorégraphies et encouragements. En France, nous avons pu les connaître au travers des pages de quelques séries (par exemple Slam Dunk), des jeux vidéos (Elite Beat Agents), ainsi que par les Gamushara Oendan présents à la Japan Expo 2010. Courage, énergie et ténacité, envers et contre tout, sont les moteurs de cette culture qui a néanmoins tendance à disparaître au Japon.

Pourtant, Fuku est loin des clichés du oendan moyen : loin d’être musclé et viril, notre héros est plutôt assez modeste, chétif et sans grand talent particulier, hormis le don de soi pour soutenir les autres. Sa vie de lycéen se terminant, le voilà parti pour rentrer dans le cycle des études supérieures pour devenir un japonais modèle… Mais c’est sans compter sur sa rencontre avec le quartier de Shinjuku ! A ses côtés, on se laisse emporter dans la folie des lieux, où tout peut arriver ! Bars à arnaques, host clubs et faux semblants en tous genres sont le lot quotidien de ces rues qui ne dorment jamais. Mais surtout, Fuku fera la rencontre de nombreux personnages particulièrement déjantés, pouvant arborer divers visages selon l’heure du jour et (surtout) de la nuit. La mangaka a un véritable talent pour nous présenter des héros attachants au premier regard, voire très séduisants, qu’ils soient récurrents ou simplement de passage... Mais gare aux regards langoureux !

Ce premier tome séduit par son caractère imprévisible : comme le héros, le lecteur se perd dans les méandres de ce célèbre quartier, et les nombreux rebondissements ne manquent pas de balancer ce pauvre protagoniste dans des situations toujours plus savoureuses et improbables ! Pourtant, peu à peu, Fuku retrouve la surface et commence même à se chercher une petite place dans ce monde de fous. Le récit revient alors à ses valeurs premières, le jeune supporter décidant d’encourager les gens. Pour l’heure, si ce choix de vie semble incongru, quelques séquences montrent que l’idée à de l’avenir... Le récit devra donc confirmer ses intentions par la suite, mais nous sommes déjà conquis par la fraîcheur du titre et par ses idées totalement délirantes !

Mitsurou Kubo ne délivre un dessin plutôt plaisant, aux traits assez ronds pour retranscrire la légèreté de ses personnages. Les yeux sont grands et expressifs et les visages reconnaissables au premier coup d’œil. Afin de renforcer l’immersion dans Shinjuku, les décors sont très détaillés sans pour autant surcharger les pages. Seul bémol, quelques problèmes de proportions sont à déplorer, mais rien de bien éliminatoire non plus !

Du côté de l’édition, Akata Delcourt nous gâte, comme bien souvent, avec une traduction excellente provoquant quelques bons moments d’hilarité. On appréciera également la présence de deux pages de lexique, la première pour introduire les concepts majeurs en début de volume, l’autre pour souligner les éventuelles références. Cerise sur le gâteau, nous profitons d’une adaptation complète des onomatopées, qui ont une importance majeure dans la série vu qu’elles incorporent quelques cris enthousiastes. Du côté du support, on retrouve évidemment le format shonen habituel de l’éditeur.

Série venue d’un autre monde, conciliant deux univers que tout oppose, Shinjuku Fever est sans doute le plus gros ovni mangaesque de la rentrée 2011. Des personnages adorables, un quartier qu’on ne demande qu’à explorer et de nombreuses surprises au rendez-vous : rien ne nous avait préparé à tout ça ! Alors, à votre tour, laissez-vous emporter par la fièvre !!
#28749 par Nintenn
07 mai 2012, 23:33
Je viens de terminer Glaucos, de TANAKA Akio.
Ce que j'en retiens c'est un très beau dessin qui amène à l'évasion du lecteur mais un design des personnages assez durs pour certains.

L'histoire en elle même est intéressante si l'on aime la mer et ses paysages alentours ou la plongée car c'est de cela que traite le manga tout le long.

Dommage que ça ne soit pas assez étoffé car c'est très bien raconté et décrit, le nombre de 4 tomes à du être imposé à partir du 3ème car on sent que tout va trop vite dans le dernier.

Enfin c'est une bonne série courte à voir déjà rien que pour les paysages.
#28752 par Raimaru
08 mai 2012, 12:25
Nintenn a écrit :Je viens de terminer Glaucos, de TANAKA Akio.
Ce que j'en retiens c'est un très beau dessin qui amène à l'évasion du lecteur mais un design des personnages assez durs pour certains.

L'histoire en elle même est intéressante si l'on aime la mer et ses paysages alentours ou la plongée car c'est de cela que traite le manga tout le long.

Dommage que ça ne soit pas assez étoffé car c'est très bien raconté et décrit, le nombre de 4 tomes à du être imposé à partir du 3ème car on sent que tout va trop vite dans le dernier.

Enfin c'est une bonne série courte à voir déjà rien que pour les paysages.


C'est clair que la fin tient du foutage de tronche. Mais je n'attribue pas ça à une accélération d'intrigue mal dosée. C'esr juste du repompage du Grand Bleu. Si ça t'intéresse, j'ai développé mon avis ici ;)

Et moi j'ai commencé deux mangas de super-héros récemment.

Wingman d'abord, le premier succès de Katsura, l'auteur de Video Girl Ai, I''S et Zetman. Ça a extrêmement mal vieilli. Les personnages sont très stéréotypés et tapent un peu sur le système, le dessin est vraiment brouillon, le scénario principal est très basique.

Ensuite Ratman, un manga très récent, où le héros est un jeune garçon qui souhaite devenir un super-héros mais qui finit contre sa volonté par devenir un surhomme criminel pour une organisation de malfaiteur. Tout le monde a pensé que c'était naze au vu du titre et du synopsis, mais c'est à prendre au second degré et c'est très marrant ! Les personnages sont assez simples et pas très originaux, mais leur humour fait mouche. Bref, c'est ma série du moment que je suivrai avec attention.
#28972 par Benku1000
05 juin 2012, 20:47
Aujourd'hui je viens de finir Fullmetal Alchemist qui est sans doute mon Shonen préfèrée avec Nausicaa de la vallée du vent. Bref 27 tomes ce n'est pas mal je trouve et sa ma fait plaisir de relire la fin.
  • 1
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 13