Tout ce qui touche aux BD, manga, comics, manhwa, livres...
#14026 par Raimaru
02 sept. 2010, 17:57
Allez, un topic que pour ce manga si particulier, d'autant qu'on est quelques uns à s'y être mis :D

Titre original : Jojo no Kimyou na Buken
Auteur : ARAKI Hirohiko
Type : Shônen
Genres : nekketsu, aventure, action
Nombre de volumes : 65 (France) ~ 101 (Japon)
Éditeur français : J'ai Lu Manga, commercialisation stoppée, puis Tonkam
Éditeur japonais : Shueisha, prépublié dans le magazine Weekly Shônen Jump


Premier arc : Phantom Blood (5 volumes)

ImageImageImage

Angleterre, fin du XIXème siècle. Jonathan Joestar, dit JoJo, est l'héritier de la famille Joestar, une lignée de gentlemen. Son père, Georges Joestar s'apprête à accueillir dans sa demeure Dio Brando, le fils d'un homme à qui il croit devoir la vie. Mais Dio se révèle vite être pour Jonathan un frère adoptif des plus envahissants. Et lorsque Dio, ayant tenté de tuer Georges pour sa fortune, enfile un antique masque Aztèque, il se transforme en un vampire sanguinaire. Jonathan se doit de l'arrêter accompagné de ses précieux amis, et pour cela, il doit apprendre à maîtriser la technique de l'Onde...

Deuxième arc : Battle Tendency (7 volumes)

ImageImageImage

New York, 1938. Joseph Joestar est le petit fils de Jonathan Joestar, et possède comme son grand-père la maîtrise de l'Onde. Moins gentleman que son aïeul, c'est un homme de la rue, qui à tendance à être vil et espiègle. Néanmoins, la découverte de plusieurs masques Aztèques identiques à ceux qui ont transformé Dio en vampire, va l'entrainer dans une aventure hors du commun, où il devra affronter une terrible race d'humanoïdes qui semblent invincibles...

Troisième arc : Stardust Crusaders (17 volumes)

ImageImageImage

Japon, 1989. Jôtarô Kujô, 17 ans, est un punk qui semble développer un pouvoir surnaturel des plus étranges : une sorte de double spirituel se terre en lui ! Ayant peur que ce pouvoir ne fasse du mal à quelqu'un, il veut rester enfermé dans sa cellule de prison. Son grand-père, Joseph Joestar, vient des État-Unis pour tenter de le raisonner. En réalité, Joseph a aussi développé ce pouvoir, comme plusieurs autres personnes. Ils ont appelés ce pouvoir "Stand". Holy, la fille de Joseph et la mère de Jôtarô possède un stand, mais ne supporte ce pouvoir et risque d'en mourir. Pour sauver sa mère, Jôtarô part avec son grand-père et d'autres manieurs de Stand en croisade à travers le monde, pour y affronter la source du mal en Égypte: Dio.

Quatrième arc : Diamond is Unbreakable (18 volumes)

ImageImageImage

Japon, 1999. Jôsuke Higashikata est un lycéen de la petite ville de Morio. Il vit tranquillement avec sa mère et ne supporte pas qu'on se moque de sa coupe de cheveux ! Tout à l'air tranquille pour lui, sauf qu'il est le fils illégitime de Joseph Joestar et est un manieur de Stand, ce qui lui vaudra bien des (més)aventures... Un jour, Jôtarô Kujô, son neveu plus vieux que lui, vient lui rendre visite pour l'avertir d'un danger qui rôde sur la ville de Moriô : des personnes peu scrupuleuses sont en possession d'un arc et de flèches capables de transformer un être normal en manieur de Stand...

Cinquième arc : Golden Wind (17 volumes)

ImageImageImage

Italie, an 2001. A la demande de Jôtarô Kujô, Kôichi Hirose, lycéen de la ville japonaise de Moriô et manieur de Stand, est envoyé en mission à Rome dans le but d'enquêter sur le mystérieux Haruno Shiobana, qui serait le fils de Dio et d'une Japonaise. Vivant désormais sous le nom Giorno Giovanna, c'est un petit voyou, lui aussi manieur de Stand, qui a dépouillé Kôichi de ses biens à l'aéroport. Mais Kôichi va apprendre à le connaître, et se rendre compte que malgré qu'il est le fils de Dio, il a hérité du sens de la justice des Joestar. En fait, Giorno souhaite devenir le boss de la mafia de Neapolis dans le but de mettre un terme au trafic de drogue. Pour cela, il va entrer dans le milieu, et accompagné de ses compagnons de la mafia, tous manieurs de Stands, va tenter d'éliminer discrètement le boss actuel, que personne n'a jamais vu, pas même les membres de l'organisation...

Sixième arc : Stone Ocean (17 volumes)

ImageImage

Floride, 2011. Jolyne Kujô, 19 ans, est condamnée à 15 ans de prison pour un crime qu'elle n'a pas commis. Alors qu'elle était en voiture accompagnée de son petit ami Roméo, ils percutent un piéton. Le croyant mort, et sous les ordres de son petit ami, ils cachent le cadavre. En réalité, il n'était pas mort sur le coup et Jolyne est victime d'un complot ! Tout se complique lorsqu'elle reçoit en prison un étrange pendentif de son paternel. Depuis qu'elle s'est coupée avec la pierre qui était coincée dedans, elle développe un stand, mais en ignore toutes les étendues...

Spin-off du quatrième arc : Rohan au Louvre (one-shot)

Image

Rohan Kishibé est un mangaka japonais. Il est doté d'un pouvoir peu commun : il peut lire l'histoire des gens en les transformant en livre. Lorsqu'il avait 17 ans, il était tout juste débutant dans sa carrière. Il rencontra une jeune femme du nom de Nanasé. Elle lui parla d'un tableau où est peint le noir le plus sombre qui existe.
Puis elle disparu.
10 ans plus tard, cette histoire lui est revenue en tête, et il part à la recherche de ce tableau en allant au Louvre, à Paris.

-----------------------------

JoJo's Bizarre Adventure est une saga hors du commun, qui malgré qu'elle soit déroutante au début, tant par son design que sa narration,, attise la curiosité, rien que par son nom !

Un concept simple mais bizarrement génial

On se sait pas si Araki, lorsqu'ils débute en 1987, savait qu'il allait faire de cette série une immense aventure. L'intérêt de ce titre est de voir à chaque partie les héros changer, tout en voyant les anciens personnages réapparaitre. Ainsi, Joseph, le héros de la deuxième partie, devient un personnage de soutien dans la troisième partie, tout comme Jôtarô, héros de la troisième partie, le devient dans la quatrième. On se plait à voir les personnages vieillir et céder leur place aux nouvelles générations, tout en gardant un rôle dans l'aventure !
A cela, on ajoute une foule de clins d'œil, particulièrement cinématographiques et musicaux : chaque partie fait référence à un style de cinéma (1ère : films d'horreur; 2ème : films d'aventures; 3ème : Road Movies; 4ème : Thriller; 5ème : films de mafia; 6ème : films de prisons; 7ème inédit chez nous : western)) et l'auteur insère des références à des groupes de Rock connus (la famille Zeppeli évoque Led Zeppelin et un Stand d'un ennemi dans la quatrième partie se nomme Red Hot Chili Peppers, entre autres).

Un style bizarrement unique ou uniquement bizarre ?

Le style d'Araki, à l'instar d'un Fujisaki ou d'un Oda, est reconnaissable très rapidement par son étrangeté. Mais surtout, on note une évolution entre toutes les parties, qui se voit radicalement entre la première et la quatrième. Dans la première partie, les défauts sont nombreux : cases surchargées, personnages figurants particulièrement moches et risibles, poses absurdes des personnages, et scène d'horreur ridiculement extrêmes. Tout comme Ken le Survivant, les héros sont très musclés, ce qui peut être un défaut ou non selon les goûts. Dans la deuxième partie, le dessin s'affine, mais le style reste sensiblement le même. Dans la troisième partie, le style d'Araki prend une forme définitive, surtout en ce qui concerne les visages et la mise en page. Les poses bizarres des persos sont toujours là, mais sont plus appréciables. Dans la quatrième partie, les personnages musclés et très grands sont beaucoup moins nombreux. Rohan ou Kira sont de proportions normales. Quant à Kôichi, il est même petit. On note malgré tout une petite instabilité graphique dans le style (un personnage change de design a vue d'oeil sur 15 pages !!).
Néanmoins l'unicité du style nous heurte, à tel point qu'on finit forcément par l'apprécier.

L'histoire bizarre de la lignée des Joestar

Là où les fan sont emballés, c'est dans les évenements du manga ! C'est notable surtout dans la troisème partie, la préférée du lectorat : l'aventure fait très jeux vidéos, à mi-chemin entre le jeu de combat et le RPG. C'est simple : on a une équipe de héros, chacun à un pouvoir spécifique, et ils avancent sur la carte, en affrontant des ennemis, jusqu'au boss final. Parfois, les affrontements sont très particuliers, puisqu'il ne s'agît pas toujours de combat au corps à corps : partie de poker, de jeux vidéos, etc. Et dès que Araki introduit dans l'histoire un ennemi avec un Stand au pouvoir stratégique et non pas basé sur la force, l'affrontement devient intellectuel, les héros étant contraints d'utiliser les capacités de leur Stand à bon escient. Bref, certains combats sont tirés par les cheveux, mais l'ensemble est très captivant !

L'esprit bizarre de Araki

Araki a un esprit débordant d'imagination, et ça se voit dans les phases de combat, la création des Stands, mais aussi de toutes les ficelles dont il use. Dans ce manga, tout se croise : époques, dimensions, humains, animaux, fantômes, extraterrestres ! Après, certains pourront dire que ce mélange est too much...
Enfin, pour en revenir au dessin d'Araki, son esprit imaginatif se traduit aussi dans le design et la personnalité de ses personnages : ils sont hauts en couleur sur tous les plans !

Mais si c'est si bizarre, cela vaut-il le coup ?

Justement, parce que c'est bizarre, ça vaut le coup ! C'est de l'inimitable. Amis lecteurs et mordu de manga, si vous vous intéressez à cette saga, vous risquez de devoir attendre avant que cela vous plaise. J'ai personnellement failli décrocher pendant les deux premières parties. Et une fois la troisième entamée, j'ai été happé par la génie de cette série. Je vous la recommande donc si vous cherchez un titre qui se démarque des autres, mais il ne faut pas avoir peur de sa longévité. Car si J'ai Lu a arrêté à la quatrième partie, Tonkam éditem la cinquième et la sixième. au Japon, la septième partie est à ce jour la plus longue, toujours en cours de publication, et l'auteur ne semble pas prêt d'arrêter...
Dernière édition par Raimaru le 29 janv. 2011, 13:51, édité 1 fois.
#14043 par mycea
03 sept. 2010, 16:16
Merci pour ce topic très bien fait et qui répond à mes questions sur ce manga ! ;)
#14045 par Raimaru
03 sept. 2010, 16:23
Merci :D
Par contre, petite précision : J'ai Lu a stoppé la publication des 46 premiers volumes, mais Tonkam ne les a pas repris... Ils n'ont fait qu'acheter les droits de la suite, à savoir à partir de Golden Wind.
#17702 par Raimaru
27 déc. 2010, 23:19
Bon, ben... J'en profite pour relancer le topic, même si ce n'est pas forcément en bien :nerd:

Stone Ocean tome 4
Je n'aurais jamais cru dire ça un jour de JoJo's Bizarre Adventure, mais c'est trop tiré par les cheveux. L'étrangeté de la narration de l'auteur n'opère plus chez moi depuis le tome 3.

Autre point, j'ai de plus en plus de mal à lire les scènes d'action. J'ai l'impression que le style d'Araki a encore évolué depuis Golden Wind et ça devient chaud par moment de comprendre quel mouvement est décrit. D'ailleurs, je me demande si Araki a bien fait de consacrer toute une partie avec des femmes pour héroïnes, il ne sait pas les dessiner ! À part Jolyne, il faut qu'on m'explique en quoi Hermes, Foo Fighters, la directrice du Green Dolphin ou les autres prisonnières sont des femmes !! Même Buccelatti de Golden Wind faisait plus gonzesse avec sa coupe à la Mireille Mathieu xD

Enfin, je trouve que le manga n'a plus d'aspect shônen à part la baston (et encore, la baston n'est pas exclusive aux shônen) et peut être la motivation des personnages. Le cadre et l'ambiance sont définitivement matures.

Point positif, on a déjà l'apparition physique du grand méchant de la partie, ce qui est plutôt tôt si on compare à Stardust Crusaders ou Golden Wind. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il est à la fois design et charismatique. Et malgré tous les spoils que je me suis pris par-ci par-là, je ne me doutais absolument pas qu'il avait une telle fonction au sein de la prison !

Bref, c'est dommage, Stone Ocean est pour l'instant la partie la moins intéressante avec les stands. Mais la fin semble valoir grave le coup, donc...
#20198 par jojo81
17 févr. 2011, 17:06
Pendant que je me régale avec Golden Wind et Stone Ocean, Steel Ball Run se termine au Japon. La série fera 24 tomes. L'auteur n'a pas annoncé une nouvelle partie pour l'instant. J'ai déjà hâte de l'avoir !
#20206 par Raimaru
17 févr. 2011, 19:08
D'ailleurs, un ami qui lit les scans m'a fait un joli pavé présentatif de Steel Ball Run, et ça donne envie ! Je peux vous le montrer, mais il y a quelques éléments dévoilés qui risquent de déplaire... Enfin, je dis ça, mais dès qu'on lit le synopsis de Steel Ball Run, on est déjà un peu (beaucoup ?) spoilé :D
#20210 par Raimaru
17 févr. 2011, 19:49
Huum, impossible. De toute manière, on ne peut pas évoquer la ligne de conduite de Steel Ball Run sans en parler. Donc, je le mets et en gros, le spoil concerne le type de pouvoirs de l'arc et l'apparition d'un personnage... À mon avis, vous pouvez y aller, ce n'est pas du gros spoil ;)

Un pote à moi a écrit :Mmmh... SBR, sans spoiler, je dirais que pour l'instant c'est du très bon.

Déjà pour une chose, l'ambiance générale et l'univers. Là où chaque Jojo se démarque par une forme différente de progression, la cours de SBR rend non seulement très bien mais gagne en aura à cause de la période à laquelle cela se passe. (le côté western et les relents de cette période sur les personnages, c'est quelque chose d'intéressant. les premières parties de Jojo se situait à des périodes intéressantes, mais on a perdu ce côté avec stardust crusader. Du coup, c'est la première partie où les principes de la majorité de jojo sont utilisés avec une atmosphère moins moderne. Je trouve ça très chouette, et cela se ressent bien sur les personnages.)

Pour entrer un peu plus dans le détail, les stands sont moins humanisés, voir pour la majorité plus. Enfin, les stands possédant des apparences et étant plus imposants reviennent mais sont rares contrairement aux précédentes parties où elles forment la majorité de la faune. Après, certaines explications sont encore plus fumeuses qu'avant, mais personnellement je dirais que cela passe. C'est un manga, donc on demande pas à tout d'être basé sur des théories parfaitement solides. (pis les stands sont quand même moins tordus que la moitié de ceux de stone ocean, donc, en fait, on en revient presque à plus de normalité pour ça)

Niveau look, c'est surprenant. Les personnages poursuivent leur évolution vers des types normalement musclés (contrairement aux premières parties de Jojo avec le style de l'époque qui les voulaient très baraqués), mais les styles sont vraiment détonants pour certains. (rien que les dents de Gyro, même si on les voit moins sur le long terme, je trouve que c'est un détail assez amusant et qui rajoute à son côté marginal. Le jojo est à nouveau le premier de l'oeuvre à avoir un handicap physique, qui, même si pas complètement exploité, est un détail qui rajoute en charisme (sans compter qu'il a plus la rage de vaincre que les habituels) et on a un retour de Dio avec un style énorme, sans citer les autres personnages qui ont presque tous un petit quelque chose...)

Pour finir, sur l'histoire générale, on a quelque chose de simple au début qui s'amplifie au fur et à mesure que des enjeux apparaissent. Après, on a droit à un scénario auquel on peut accrocher mais que, si l'on fais l'exercice de le résumer, est digne d'une série Z. C'est ce qui est particulièrement épique avec cette partie, c'est que résumer globalement l'intrigue au stade où j'en suis donne l'impression que l'auteur à péter un câble. Et pourtant, on parvient encore à être sérieusement plongé dedans, c'est ce qui rend le truc enchanteur. Et le méchant à un charisme assez fou, en tout cas pour moi. Il est encore derrière Kira, mais il se mets à rattraper Dio pour moi, rien que pour son genre graphique qui est moins beau gosse et plus original que pas mal de méchant.

Bref, Jojo est vraiment une découverte magnifique pour moi. Ca a défiguré complètement ma vision d'un podium de shonen, ça m'a donné des idées folles et plein d'inspiration même si je n'en fais rien actuellement... Je dois avouer que c'est une bonne pioche qui va détruire une partie de mes économies pour me procurer un nombre incalculable de volumes. Sans doute va-t-il me falloir des années pour les réunir maintenant, mais on peut carrément dire qu'il m'a donné une quête... Quelle horreur! :)

Pour Steel Ball Run, en définitif, l'intérêt viens du fait qu'on mélange à la fois les éléments des parties stand de jojo et les univers qui étaient ce que j'appréciais dans les deux premières parties. Et on rajoute à cela qu'une énorme partie des personnages secondaires (référence à certains noms de familles, par exemple,...) ainsi qu'un gros tas de principaux (Zeppeli, Dio, ...) font références à des personnages des anciennes parties et que cela rajoute au charme des protagonistes. On visualise les liens avec des individus dont on a déjà vu les aventures et, en plus de comparer certains traits, on a également toujours l'idée de comparer leur destin. On se demande s'il va y avoir des changements ou si certains sont voués à répéter des schémas déjà écrits...
#20302 par Raimaru
20 févr. 2011, 18:13
J'ai trouvé de supers vidéo sur Youtube, fait par des amateurs. Ils transposent des openings d'animés connus avec JoJo's Bizarre Adventure. On sent qu'il y a du travail malgré le manque de moyens.

Opening de la partie 5 :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=c1TP1zgbrG0[/youtube]

L'original, Bakuretsu Hunters :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=qRxzQd12aDw&feature=related[/youtube]

Opening de la partie 6 :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Mwx4ZsIUeTA&feature=related[/youtube]

L'original, Evangelion :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=A62011nyXNI&feature=fvwrel[/youtube]

Il y a aussi une vidéo avec la partie 4, mais elle est moins bonne et je n'ai pas trouvé l'opening correspondant...
#22212 par Raimaru
16 avr. 2011, 12:56
Formidable *____*
Si le bonhomme qu'on voit est le perso principal, je sens qu'on va se marrer, avec sa tenue de marin XD
Et la série retourne à Morio, excellent ^^
#22373 par Raimaru
22 avr. 2011, 15:32
Review : JoJo's Bizarre Adventure et la musique partie 1

Hirohiko Araki est passionné par la musique et plus particulièrement par le rock, même si son artiste préféré appartient au monde la pop (à savoir Prince).

Tout le long de son immense saga, Araki appose le noms de musiciens ou groupe de musique dans son univers. La plupart du temps, ces références se manifestent dans l’appellation des stand, les supers-pouvoirs du manga.

Liste probablement non exhaustive des allusions musicales :

Phantom Blood

L'un des principaux alliés de Jonathan Joestar dans cette partie est un marginal qui porte le nom de Robert Speedwagon. Son complet est Robert E. O. Speedwagon et fait référence au groupe de rock, REO Speedwagon.

Image

L'autre pricipal allié de Jonathan est William Antonio Zeppeli. Malgré la consonnace italienne de ce nom de famille inventé, Araki fait référence à Led Zeppelin.

Image

Deux autres personnages, plus secondaires, s'appellent respectivement Dire et Straizo. Straizo est la prononciation japonaise de Straits, et collés ensemble, on obtient le groupe de rock britannique Dire Straits.

Battle Tendency

Dans Battle Tendency, Joseph Joestar affronte quatre créatures humanoïdes dont deux qui portent pour noms Esidisi (AC/DC) et Wamuu (Wham !).

Image

Diamond is Unbreakable

Dans la partie précédente, les stands sont apparus. Les noms étaient choisis en fonction des types de cartes de tarot.

Mais la quatrième partie de JoJo's Bizarre Adventure fait désormais abstraction de ce principe. Araki se lâche donc pour les noms des stands.

En premier lieu, le stand du héros, Jôsuke, s'appelle Crazy Diamond. Il fait sans doute référence à la chanson Shine on You Crazy Diamond de Pink Floyd.

Image

L'un des amis de Jôsuke, Koichi, possède un stand qui s'appelle Echoes, en référence à la chanson de Pink Floyd du même nom.
Image

Le super-méchant de cette partie possède un stand du nom de Killer Queen, nom d'une chanson de Queen. Une sous-partie de son stand porte le nom Sheer Heart Attack, nom de l'album duquel est tiré Killer Queen.

Image

D'autres personnages secondaires ont eux-aussi leur référence :

- Akira Oto'ishi et son stand Red Hot Chili Pepper;
- Yukako Yamagashi et son stand Love Deluxe (titre d'un album de Sade).
- Shigekiyo Yangu et son stand Harvest (album de Neil Young).
- Yoshihiro Kira et son stand Atom Heart Father (référence à l'album Atom Heart Mother de Pink Floyd).
- l’extraterrestre Nu Mikitakaso Nishi et son stand Earth, Wind and Fire (groupe disco des années 70/80).
- et bien d'autres dont il serait long de faire la liste...

Voilà pour les quatre premières parties, je vous réserve la suite avec les cinquièmes et sixièmes, qui évoquent encore plus de référence (ce qui me fait du boulot de recherche).
-
#22390 par BigFire
23 avr. 2011, 00:05
Il y a également Dio qui fait référence au défunt chanteur Ronnie James Dio second chanteur de Black Sabbath et de Dio.

Mais il y a aussi des références bien nazes aussi en terme de musique
#22393 par Raimaru
23 avr. 2011, 09:07
Pour Dio, je ne savais pas, mais comment ai-je fait pour oublier Polnareff :bouh:
#22625 par Raimaru
28 avr. 2011, 11:51
Review : JoJo's Bizarre Adventure et la musique 2

C'est parti pour les arcs cinq et six, respectivement Golden Wind et Stone Ocean (jusqu'au tome 6 pour ce dernier).
À partir de maintenant, ce sont quasi-exclusivement les stands qui font référence à la musique, surtout dans Golden Wind.

Golden Wind

Le héros de cet arc, Giorno Giovanna possède le stand Gold Experience. Ce nom est inspiré de l'album de Prince, intitulé The Gold Experience.

Dans l'équipe des personnages principaux, Blono Buccellati possède un stand du nom de Sticky Fingers, inspiré de l'album des Rolling Stones du même nom. Chose amusante, le pouvoir de ce stand est de créer des fermetures éclair sur n'importe quelle surface, ce qui ne laisse pas de doute possible quant à la véracité de cette allusion, la pochette de cet album montrant en gros plan une braguette de pantalon.

En ce qui concerne le reste des personnages principaux, Leone Abbacchio a le stand Moody Blues, inspiré du nom d'un groupe de rock britannique, the Moody Blues; Narancia Jhirga possède le stand Aerosmith et qui a la forme d'un hélicoptère de combat. Cela fait bien évidemment allusion au nom du célèbre groupe, tout comme Guido Mista et son stand Sex Pistols. Pannacotta Fugo a lui pour stand Purple Haze, qui fait référence à une chanson de l'album Are you Experienced ? de Jimi Hendrix. Enfin, Trish Una a pour stand Spice Girl, inspiré du nom de girl band britannique Spice Girls. Ce stand a d'ailleurs la particularité, comme d'autres stands, de pousser un hurlement particulier quand on le déchaine. Lui crie "Wannabeeeee !!!".

Concernant les adversaires intermédiaires, leur stand font tous allusion à la musique, je vais donc présenter cela simplement selon le modèle : nom/nom du stand/allusion.

Polpo -> Black Sabbath (groupe de métal)
Mario Zucchero -> Soft Machine (groupe de rock britannique)
Sale -> Craft Work (Kraftwerk - musique électronique)
Hormaggio -> Little Feet (Little Feat - groupe de rock)
Illuso -> Man in the Mirror (chanson de MJ tiré de l'album Bad)
Pesci -> Beach Boy (Beach Boys - groupe de rock américain)
Proscuitto -> The Grateful Dead (groupe de rock américain)
Melone -> Baby Face (Babyface, chanson tirée de l’album Zooropa de U2)
Ghiaccio -> White Album (surnom de l'album The Beatles des Beatles)
Squalo -> Clash (The Clash - groupe punk britannique)
Tizziano -> Talking Head (Talking Heads - groupe de rock américain)
Carne -> Notorious B.I.G. (rappeur américain)
Risotto Nero -> Metallica (groupe américain de Heavy Metal)
Cioccolata -> Green Day (groupe de rock américain)
Secco -> Oasis (groupe de rock britannique)
Scolippi -> The Rolling Stone
Diavolo -> King Crimson (groupe de rock britannique)

Stone Ocean jusqu'au tome 6

Jolyne Kujo, l'héroïne de cet arc, possède un stand du nom de Stone Free. À l'instar de Fugo dans Golden Wind, ce nom est une chanson tirée de l'album de Jimi Hendrix, Are You Experienced ?. Il semblerait aussi que son prénom, "Jolyne", soit une référence au chanteur de rock Joe Lynn Turner.

Hermès Costello, l'une des personnages principaux, tire le nom de son stand, Kiss, du groupe de rock du même nom. Son nom de famille fait quant à lui référence à Elvis Costello, un chanteur britannique.

Le personnage de Foo Fighters, un "stand vivant" tire son nom du groupe de rock américain du même nom.

Weather Report, personnage qui porte le même nom que son stand, tient son nom du groupe de Jazz Fusion du même nom.

Concernant les adversaires dans Stone Ocean :

Guess -> Goo Goo Dolls (groupe de rock américain)
Jongalli A -> Manhattan Transfer (The Manhattan Transfer - groupe de jazz américain)
Alexander McQueen -> Highway to Hell (chanson d'AC/DC)
Milaschon -> Marilyn Manson le recouvreur de dettes (Marilyn Manson - chanteur américain de métal industriel)
Lang Wrangler -> Jumpin' Jack Flash (chanson des Rolling Stones)
Sports Max -> Limp Bizkit (groupe de nu métal américain)
Enrico Pucci -> White Snake (Whitesnake - groupe de hard rock britannique)


Comme vous avez pu le constater, tout cela n'est qu'anecdotique et n'influe en rien sur le déroulement de l'histoire. Cependant, il est amusant de retrouver toutes ces allusions, surtout quand les noms de celles-ci ont un rapport avec le personnage ou le pouvoir.
#22672 par Raimaru
29 avr. 2011, 21:03
Rumeurs rumeurs, le héros de JOJOLION serait Français !

Et aussi un très joli commentaire choppé sur le net :

Bla4ckSh4ringg4n a écrit :Mdr c quoi ce manga? Jveux pas critiquer mais le nom ma fait rigoler lol

Jojo bizarre adventure mdr ca veut dire les aventure bizarre de jojo non? Il est bien ce manga sinon? Jai un peu de mal a accrocher aux dessin jle trouve moche un peu comme pour toriko et ken le survivant les dessins un peu a l'ancienne avec des mecs musclé

mais bon de toute facon le pire nivo dessin c OP


@Bl4ckSh4ring4n :
Laisse tomber, oublie ce manga, de toute façon il n'est pas assez intelligent pour les gens comme toi...
Contente toi de Naruto et de Pokemon, ça c'est la classe !
#22731 par Raimaru
01 mai 2011, 21:55
Deux arguments pour étayer la thèse du Jojo français :

- "JOJOLION", au vu de son écriture japonaise, se prononce "jojo lee-hon", soit à la française.

- Araki, comme il l'indique dans la préface d'un des tous premiers tomes (je ne me rappelle plus lequel) aime la mode. Cela se voit d'ailleurs dans le choix de noms de certaines personnages (Hermès Costello et Alexander McQueen notamment). L'habit de marin du personnage pourrait faire référence à Jean-Paul Gaultier (si rappelez-vous : le foot !).

Image