#30890 par Drucci
16 janv. 2013, 16:01
Image

Son nom n'est pas forcément connu des lecteurs francophones de Naoki Urasawa, et pourtant, sans son travail minutieux et passionné, nous ne bénéficierions sans doute pas d'un tel plaisir de lecture : Thibaud Desbief est le traducteur de Monster, de Pluto, des Histoires Courtes, et de Master Keaton (à paraître le 15 mars 2013).

Il serait toutefois réducteur de ne citer que des titres d'Urasawa puisque Thibaud Desbief a aussi traduit de nombreuses séries du catalogue Kana, dont certains titres phares comme Death Note, Real, ou Hunter x Hunter.

Thibaud Desbief a eu la gentillesse d'accepter de répondre à notre demande d'interview et de prendre le temps de répondre dans le détail à chaque question. Le résultat, c'est un entretien passionnant et très instructif sur le travail colossal qui se révèle nécessaire pour traduire au mieux les oeuvres d'Urasawa.

Entre ses anecdotes personnelles, ses explications précises sur son métier, et son amour communicatif du manga, Thibaud Desbief nous offre, dans cette première partie de l'interview, un regard nouveau sur l'oeuvre de Naoki Urasawa.
#30967 par Drucci
29 janv. 2013, 13:21
Image

Comme annoncé il y a deux semaines, voici la suite de notre entretien exclusif avec Thibaud Desbief, traducteur français des séries de Naoki Urasawa aux éditions Kana!

Dans cette deuxième et dernière partie, Thibaud Desbief évoque plus précisément le travail qu'il a dû fournir pour traduire Master Keaton (dont le premier tome paraîtra le 15 mars), et détaille également sur son rapport aux lecteurs et aux critiques.
#30968 par Raimaru
29 janv. 2013, 18:33
Interview très très intéressante, et qui donne la parole à une fonction peu médiatisée, avec un représentant éminent qui plus est.

J'ai beaucoup apprécié le travail de ce monsieur sur les mangas d'Urasawa et sur Solanin notamment, où c'est à la fois très fluide et très accessible. Je trouve toujours, comme je l'ai dit, que les dialogues dans Real sont un peu lourds, mais compte-tenu de ses autres travaux et de cette interview qui met vraiment en valeur sa compétence et sa capacité de recul, c'est que ça doit venir des dialogues originaux, peut-être un peu trop littéraire pour une histoire qui se veut réaliste.

L'anecdote sur le village indien est marrante, et monte qu'on peut trouver des thématiques très riches dans les mangas, très précises. Et j'ai aimé ses remarques sur Ghost In The Shell, la BD la plus indigeste que j'ai lue :D

(Je dois finir de lire le tome 3 depuis un an pour le chroniquer sur MN, mais j'y arrive pas :nerd: )
#30977 par Simulacra
31 janv. 2013, 09:08
Très bon interview, très intéressant.

Pour ma part, je n'ai jamais eu à me plaindre des traductions de ce monsieur, que ce soit dans les Urasawa ou dans d'autres mangas comme Bakuman.

Pour le coup des nemus, je suis même content qu'il ait gardé le terme. Je ne suis pas un fan de l'adaptation à outrance. Quand un mot désigne quelque chose de précis, on peut l'intégrer à la langue française sans chercher à le traduire. Ca c'est déjà fait et ce n'est pas un mal. On parle bien des Daïmos pour les seigneurs japonais, le mot est dans le dico (en tout cas, dans mon application des chiffres et des lettres). Si à un moment on intègre un mot sans le traduire, c'est parce qu'il apporte une précision intraduisible. C'est le cas pour Nemu, il a donc eu particulièrement raison de garder ce terme. D'autant plus que le lecteur français est comme le lecteur japonais, il découvre un terme qu'il ne connait pas forcément qu'on lui explique dans le manga. Bon choix donc.
#31010 par Drucci
04 févr. 2013, 21:52
L'interview est intéressante, ça rejoint pas mal les propos de Thibaud Desbief et on saura au moins que Vincent Zouzoulkovsky souhaitait traduire 20th Century Boys avant qu'on lui propose la série.

Après, je suis assez sceptique sur certains de ses propos parce que je ne peux pas m'empêcher de repenser à la traduction calamiteuse de 20th Century Boys. Je n'ai lu aucun autre manga traduit par Zouzoulkovsky (à part GTO, mais juste les premiers tomes) donc je ne me permettrai pas de juger de son talent de manière générale.

Mais quand je lis : "J’évite [de relire mes traductions], parce que je suis beaucoup moins tolérant avec mon travail qu’avec celui des autres. J’ai tendance à regarder d’un œil très critique et de me dire, « ça j’aurais dû mieux le faire ».", je me demande s'il l'a fait avec 20th Century Boys... même si à mon avis on peut aussi blâmer le travail de correction de Panini (ou plutôt le manque de correction), au moins pour les énormes fautes d'orthographe récurrentes dans chaque tome quasiment.
#31018 par Simulacra
05 févr. 2013, 21:01
As-tu des contacts avec les autres traducteurs ?
Il n’y a pas de côté corporatif. Personnellement je connais ceux de ma génération, parce qu’on a été à la fac ensemble. On s’est mutuellement recommandés auprès des éditeurs pour qui on travaillait. Je pense à Sylvain Chollet, Thibaud Desbief… On est amis, mais quand on se voit, quand on se maile, quand on chatte, c’est souvent de boulot qu’on discute !


Au moins, ils sont copains ! :D